Skip to Content

Et de six !

Par

Ils seront six nouveaux 60 pieds IMOCA mis à l’eau l’année prochaine en vue de la Transat Jacques Vabre 2015 et surtout du Vendée Globe 2016-17. Six nouveaux monocoques qui répondront à la nouvelle jauge IMOCA et qui sont tous dessinés par… VPLP/Verdier !

 

A défaut d’une monotypie stricte réclamée par près de la moitié de la classe IMOCA, c’est finalement une simili-monotypie que s’imposent d’eux-mêmes les coureurs avec ces six voiliers qui devraient beaucoup se ressembler.

 

Il est toujours étonnant de voir les effets de mode se succéder. Après le cabinet Finot-Conq qui a trusté les victoires pendant une quinzaine d’années – mais avec la concurrence d’autres grands cabinets d’architectes à ce moment-là – les coureurs se sont jetés sur le cabinet Farr dans le sillage de Jean-Pierre Dick, et maintenant sur le tandem VPLP/Verdier dans le sillage de Marc Guillemot.

 

Il y aura six nouveaux bateaux mais seulement quatre moules différents puisque les quatre premiers vont par paire. Ainsi, Safran 2 skippé par Morgan Lagravière qui remplacera Marc Guillemot l’année prochaine et Banque Populaire VIII pour Armel Le Cléac’h seront des sisterships, tout comme le Gitana 16 de Sébastien Josse et le quatrième 60 pieds IMOCA construit pour Jean-Pierre Dick, Paprec-Saint Michel.

 

Les deux derniers VPLP/Verdier à s’être annoncés seront donc issus de deux nouveaux moules. Il y aura le nouvel Hugo Boss du Britannique collectionneur de 60 pieds Alex Thomson et un nouveau venu dans la classe, l’Italien Andrea Mura, qui s’apprête à disputer la Route du Rhum dans la catérogie Rhum avec un Open 50.

 

Nouveaux 60 pieds IMOCA depuis la fin du Vendée Globe 2012-13 :

Nom / skipper / nationalité / architecte / mise à l’eau

1 – Spirit of Hungary / Nandor Fa / Hongrie / Nandor Fa / 2013

2 – Banque Populaire VIII / Armel Le Cléac’h / France / VPLP-Verdier / prévue printemps 2015

3 – Safran 2 / Morgan Lagravière / France / VPLP-Verdier / prévue printemps 2015

4 – Gitana 16 / Sébastien Josse / France / VPLP-Verdier / prévue été 2015

5 – Paprec – Saint-Michel / Jean-Pierre Dick / France / VPLP-Verdier / prévue été 2015

6 – Hugo Boss / Alex Thomson / Grande-Bretagne / VPLP-Verdier / prévue été-automne 2015

7 – Vento di Sardegna / Andrea Mura / Italie / VPLP-Verdier / prévue été-automne 2015

 

Foil semaine à Marseille !

Par

Première édition réussie pour le Marseille One Design avec même un passage au 20h de TF1 la semaine dernière ! Un événement appelé à devenir dans les années futures une épreuve de référence pour les bateaux qui volent, tant la rade sud de Marseille est un stade nautique merveilleux pour accueillir ce genre d’épreuve.

 

A côté des Diam 24, les futurs trimarans du Tour de France à la Voile, les Moths à foils et les GC32 ont survolé la rade sud avec bonheur. C’est la première fois que les GC32 faisaient escale en France, pour cette étape officielle de leur circuit mondial.

 

Ces catamarans à foils représentent l’avenir de la régate accessible aux équipages amateurs de sensation. C’était le cas de Sébastien Rogues, skipper passé par la Mini Transat et le Class 40 avant d’expérimenter ces fabuleux catamarans volants.

 

En attendant la prochaine édition, et peut-être de voir débarquer d’ici là à Marseille les AC45 pour une étape des America’s Cup World Series (on se souvient encore avec émotion du premier Louis Vuitton Act en 2004), il reste aujourd’hui de cette première étape phocéenne de superbes photos, dont celles-ci de Guilain Grenier, visibles également sur son site (ici).

 

© photos : Guilain Grenier

 

 

Adieu Monsieur Carcelle

Par

Yves Carcelle est décédé à l’âge de 66 ans. Bien trop tôt pour nous quitter. Mais qui est Yves Carcelle doivent se demander certains ? Un grand patron comme on en croise plus beaucoup de nos jours…

 

Tous les passionnés de voile, et de Coupe de l’America notamment, peuvent lui dire un grand merci. P-D.G de Louis Vuitton de 1990 à 2012, c’est lui qui a porté à bout de bras la Louis Vuitton Cup pendant toutes ces années. Sans lui, LVMH, la maison mère de Vuitton, aurait certainement arrêté le financement de cette série éliminatoire des challengers depuis bien longtemps. En 2013, la 8e Louis Vuitton Cup, qui n’opposait malheureusement que trois challengers en AC72, était probablement la dernière. C’est Yves Carcelle qui en avait signé le partenariat avant de prendre sa retraite. Il était passionné lui aussi par les bateaux et possédait depuis peu un magnifique yawl en bois de 1918, Runa IV, qui a fait l’objet d’un très bel article de Dominique Lérault dans le numéro 486 d’août 2011 de Voiles et Voiliers (à retrouver ici).

 

Yves Carcelle faisait aussi partie de ces rares patrons qui savent se rendre populaire. Abordable, aimable, souriant, jamais hautain, toujours prompt à la discussion et qui savait mouiller la chemise et animer la piste de danse jusqu’au bout de la nuit lors des mémorables soirées Vuitton qui précédaient les demi-finales de la Louis Vuitton Cup. Sur une base navale, un porte-avion, dans un théâtre rénové ou dans une immense cale de radoub de sous-marin, ces soirées glamour et toujours surprenantes ont marqué tous les marins de la Coupe de l’America qui y ont participé.

 

A sa famille, ses amis, à Bruno Troublé et Christine Bélanger, toute la rédaction de Voiles et Voiliers, par l’intermédiaire de ce blog, leur présente ses plus sincères condoléances…

 

Double page d’ouverture de l’article de Voiles et Voiliers d’août 2011. © photo : Dominique Lérault / Voiles et Voiliers

 

 

Le club des 5

Par

ACEA, organisateur de l’America’s Cup vient d’officialiser l’inscription des cinq challengers en vue de la 35e édition en 2017.

 

Rien de nouveau pour les lecteurs de ce blog qui connaissent depuis des semaines les noms des cinq challengers inscrits : Team New Zealand, Artemis, Luna Rossa, BAR Racing et Team France.

 

A la lecture du communiqué, on apprend – ce dont on ne doutait pas – qu’ACEA se réserve le droit d’accueillir d’autres challengers même si la période d’inscription est close depuis le 8 août.

 

On pense évidemment à l’équipe chinoise, à laquelle tient beaucoup Larry Ellison et pour laquelle il a envoyé Russell Coutts en Chine à plusieurs reprises en début d’année.

 

Mais aussi à l’équipe russe dont le dossier était bien engagé. Mais la guerre civile en Ukraine et les relations diplomatiques tendues entre les Etats-Unis et la Russie ont pour l’instant eu raison de ce potentiel challenger qui, selon les rumeurs, aurait été financé par Gazprom.

 

Enfin, on apprend que Sir Ben Ainslie, maintenant qu’il est officiellement inscrit, va devoir trouver un sponsor principal, suite au retrait de JP Morgan, son partenaire titre depuis 2007. La banque américaine justifie ce retrait en expliquant qu’il ne lui paraît pas opportun de soutenir un projet britannique dans le cadre de la Coupe de l’America face au defender américain !

 

Effectivement, le pauvre (c’est un euphémisme !) JP Morgan s’en retournerait dans sa tombe s’il apprenait que la banque à laquelle il a donné son nom soutenait un syndicat britannique ! Lui qui fut un éminent membre du New York Yacht Club et propriétaire de Columbia qui a défendu avec succès l’aiguière d’argent en 1899 et 1901 avec le célèbre Charlie Barr à la barre… S’il veut réécrire l’histoire et faire un pied de nez à son ancien sponsor, Ben Ainslie devrait se tourner vers la marque de thé Thomas Lipton, dont les Shamrock I et Shamrock II furent battus par le Columbia de JP Morgan !

 

 

Artemis confirme et recrute

Par

Après Team New Zealand le 7 août, c’est au tour du challenger suédois Artemis de confirmer sa participation à la 35e America’s Cup, qui se disputera en 2017 à San Diego ou aux Bermudes.

 

En plus de confirmer sa participation, le challenger of record de la dernière édition annonce également avoir étoffé son équipe avec les arrivées des Champions Olympiques 2012 en Star, les Suédois Fredrik Loof et Max Salminen, ainsi qu’un nouveau coach en la personne du vétéran néo-zélandais de la Coupe, Rod Davis.

 

Financé par le milliardaire Torbjörn Törnqvist et représentant le Royal Swedish Yacht Club (KSSS), ce défi compte de nombreux Français dans ses rangs, notamment dans le design team où l’on retrouve Vincent Lauriot-Prévost, Mic Kermarec, Hervé Devaux, Nicolas Rousselon, Simon Watin et… Loïck Peyron, que le site officiel de l’équipe annonce au sein du design team mais qui continuera aussi de naviguer à bord de l’AC72 et du futur AC62, justement pour faire le lien entre le design team et l’équipage.

 

Comme pour la 34e Coupe, le skipper reste Iain Percy et le barreur numéro 1 le multiple champion australien Nathan Outerridge. Marqué par des mauvais choix architecturaux et surtout le dramatique chavirage qui a coûté la vie au regretté Andrew Simpson, Artemis n’avait pu exprimer son potentiel lors de la dernière America’s Cup à San Francisco. Sûr que cette fois-ci, les Suédois reviennent avec des ambitions largement revues à la hausse.

 

Les autres challengers potentiels, Luna Rossa, Ben Ainslie Racing et Team France pourraient également confirmer leur participation dans les prochaines semaines. Certainement avant le 9 septembre puisqu’une conférence de presse des organisateurs de l’America’s Cup est prévue à Londres ce jour-là pour dévoiler la liste des participants…

 

 

Gavignet sur un nuage

Par

3 jours de course, une grande boucle autour des îles britanniques et pas un seul virement de bord ! Que du portant et quelques empannages tout au long de ce grand tour aux conditions météo néanmoins musclées…

 

C’est ce que vient de vivre l’équipage d’ Oman Sail, le MOD 70 skippé par Sidney Gavignet. Cerise sur le gâteau, les six équipiers, dont trois Omanais, se sont offerts en plus le record du parcours en battant de 16 minutes le chrono précédent de Loïck Peyron sur Banque Populaire V, un trimaran quasiment deux fois plus grand.

 

Dans deux mois et demi, Sidney retrouvera justement l’ex-Banque Pop V (aujourd’hui Spindrift 2 mené par Yann Guichard), au départ de la Route du Rhum. Et cette fois-ci, les deux trimarans s’élanceront ensemble vers la Guadeloupe. Sidney pourrait-il rééditer son exploit ? Cela paraît beaucoup moins sûr. Mais les courses à la voile ont cette part de magie qu’elles resteront toujours imprévisibles…

 

 

© photo : Mark Lloyd / Oman Sail

 

Qui va gagner la Route du Rhum ?

Par

Ils seront probablement huit trimarans dans la catégorie Ultimes à prendre le départ de la 10e Route du Rhum. Mais qui va succéder à Franck Cammas, vainqueur en 2010 à bord de Groupama 3 ?

 

Voici les huit candidats à la victoire, classés par ordre décroissant de taille.

A vous de me dire qui est votre favori et pourquoi…

 

1- Spindrift 2 (ex-Banque Populaire V), 40 mètres de long, détenteur du Trophée Jules Verne en 45 jours (2012) avec l’équipage de Loïck Peyron. Skipper : Yann Guichard. Lire article dans Voiles et Voiliers n°520 de juin 2014.

 

2- Banque Populaire VII (ex-Groupama 3), 31,50 mètres de long, vainqueur de la dernière Route du Rhum avec Franck Cammas. Skipper : Armel Le Cléac’h.

 

3- Sodebo Ultim (ex-Geronimo), 31 mètres de long, détenteur du Trophée Jules Verne en 63 jours (2004) avec Olivier de Kersauson. Trimaran en grande partie reconstruit et allégé. Skipper : Thomas Coville. Lire article dans Voiles et Voiliers n°521 de juillet 2014.

 

4- Idec, 29 mètres de long, détenteur du record du tour du monde en solitaire en 57 jours (2008) avec Francis Joyon. Skipper : Francis Joyon.

 

5- Prince de Bretagne, 24 mètres de long. Ex-trimaran Orma Sodebo rallongé de 18 à 24 mètres. Skipper : Lionel Lemonchois.

 

6- Edmond de Rothschild, 21,30 mètres de long. MOD 70 modifié par le Gitana Team pour l’adapter au solitaire. Skipper : Sébastien Josse.

 

7- Oman, 21,30 mètres de long. MOD 70. Skipper : Sidney Gavignet.

 

8- Paprec-Recyclage, 21,30 mètres de long. MOD 70. Skipper : Yann Eliès.

 

A vous de jouer…

 

p.s. pour vous aider, vous pouvez vous reporter au tableau comparatif des moments de redressement publié page 79 du Voiles et Voiliers n°521 de juillet 2014… Un bon indicateur de la puissance de ces trimarans ! 

 

 

Deux partenaires pour Team France ?

Par

L’échéance du 8 août (clôture des inscriptions) approche rapidement et aucun challenger ne semble encore officiellement inscrit. Avec le retrait de Team Australia, le challenger of record, on se retrouve même dans une situation délicate où il n’y a plus d’équipe pour négocier avec le defender américain Oracle Team USA !

 

Bien qu’il ne fasse aucun doute que Luna Rossa, Artemis, Team New Zealand et très probablement BAR Racing s’inscrivent avant le 8 août, Team France devrait aussi pouvoir rejoindre ce premier quatuor et, pourquoi pas, leur griller la politesse en devenant le nouveau challenger of record s’il s’inscrit avant eux !

 

Petit rappel : pour s’inscrire, les futurs challengers doivent verser plus de 3 millions de dollars avant la fin de l’année répartis ainsi : 1,075 million de dollars dès le 8 août, puis 2 millions de dollars le 1er décembre (dont 1 million de caution rendu à la fin de la 35e America’s Cup).

 

D’après une source proche du dossier (comme on dit chez nous !), Team France, du trio Cammas / Desjoyeaux / Kersauson serait sur le point de signer un “accord“ (avec ou sans d ?) avec le plus grand groupe hôtelier français et avec le premier avionneur européen. Deux partenaires majeurs aux dimensions internationales…

 

Si l’information est confirmée dans les prochaines semaines, cela marquerait le grand retour de la France dans la Coupe de l’America. Absente de la dernière édition à San Francisco, la France avait auparavant participé à toutes les éditions (hormis les DoG Match de 88 et 2010) depuis 1970 et la première participation du Baron Bich. Soit onze participations consécutives avec pour meilleurs résultats une finale des challengers en 1980 avec Bruno Troublé et deux demi-finales en 87 et 92 avec Marc Pajot.

 

En 1999, 2002 et 2007, les résultats français n’étaient pas à la hauteur, notamment à cause d’un financement trop faible (15 à 25 millions d’euros contre 80 à 100 pour les grosses équipes) et trop tardif (souvent à moins d’un an de la Coupe). Si Team France dispose demain d’un budget conséquent (au moins 50 millions d’euros) à trois ans de la 35e America’s Cup en 2017, le challenger français aurait déjà réuni deux des trois éléments essentiels pour remporter la Coupe qui sont du temps, de l’argent et des hommes. Et pour les hommes, on n’est pas inquiet. Si le budget est là, le reste suivra…

 

Oracle en Moth

Par

 © photo : Oracle Team USA

 

Pas moins de six Moths à foils aux couleurs d’Oracle Team USA !

 

Extreme 40, RC44, circuit de match-racing, GC32… On retrouve des équipiers d’Oracle Team USA sur tous les plans d’eau cet été. Et surtout sur tout ce qui vole !

 

 Alors que Team Australia, le Challenger of Record, vient d’annoncer son retrait de la 35e America’s Cup, on attend toujours de savoir qui est le nouveau challenger of record, puisqu’aucune équipe ne semble avoir déjà réglé les 800 000 euros du premier chèque des droits d’inscription. Artemis, Challenger of Record de la 34e, Team New Zealand, BAR Racing (Ben Ainslie) ou Luna Rossa ?

 

Si le Defender Oracle Team USA s’entraîne en Moths du côté de l’Australie, 138 autres petits engins volants se sont donnés rendez-vous cette semaine en Angleterre, à Hayling Island près de Porthmouth pour les Championnats du Monde de Moth à foils.

 

Quatre Français participeront aux Moth Worlds . Sébastien Col, barreur d’Areva Challenge lors de l’America’s Cup 2007, Benoît Marie, vainqueur de la Mini Transat 2013 ainsi que Pierre Blanc et Yann Andrillon tenteront de rivaliser avec les Anglo-Saxons, spécialistes de la discipline.

 

En l’absence du Champion du Monde en titre, l’Américain Bola Gulari qui a rejoint Luna Rossa en vue de la prochaine America’s Cup (à San Diego ou aux Bermudes en 2017), Nathan Outteridge, le barreur d’Artemis Champion Olympique de 49er à Londres, Champion du Monde de Moth en 2011 et deuxième l’an passé derrière Gulari, sera évidemment l’un des grands favoris au titre.

 

 Le photographe Thierry Martinez, grand spécialiste des Moths (entre autres) sera une nouvelle fois sur place pour immortaliser l’événement. A suivre donc sur le site officiel de l’épreuve (ici) ainsi que sur le site de Thierry Martinez (ici).

 

Cammas sur tous les fronts !

Par

A peine rentré de Saint-Petersburg les valises lourdes d’une décevante 11e place sur 12 lors de l’Acte 4 des Extreme Sailing Series disputés en Extreme 40, Franck Cammas est reparti à la Grande-Motte pour préparer le Championnat d’Europe de Nacra 17 qui démarre ce week-end.

 

Mais entre deux entraînements, il a trouvé le temps dans la semaine de traverser la France de bas en haut pour aller à Dunkerque soutenir son équipage du M34 au départ du Tour de France à la Voile avant de revenir à La Grande-Motte retrouver Sophie de Turckheim, son équipière sur ce catamaran de sport qui sera un nouveau support olympique à Rio.

 

Franckie l’infatigable rejoindra son équipage du M34 en Méditerranée pour défendre son titre et tenter de remporter un second Tour d’affilée.

 

Mais en parallèle, Cammas la tête d’affiche doit mener une autre course, contre-la-montre cette fois-ci pour engager son Team France avec Desjoyeaux et Kersauson dans une campagne de Coupe de l’America. Et pour cela, il faut s’inscrire avant le 8 août en faisant un premier chèque de 1 000 000 $ (avant d’en signer un second le 1er novembre !).

 

Autant dire que ce mois de juillet s’annonce chaud bouillant et, peut-être, déterminant pour l’avenir de Franck Cammas