Pourtant, j’avais résisté pendant tout le Vendée Globe malgré de nombreuses sollicitations. « Et toi, t’es combien ? T’es où ? Quoi ? T’as pas d’bateau ??? » Eh non, je n’en avais pas. Je n’ai jamais été attiré par les jeux vidéos. Ma culture en ce domaine s’est arrêtée au tennis d’Atari et à Tétris. Et j’avais peur avec ce jeu-là de me retrouver comme en régate, à fond dessus, à ne plus rien faire d’autre ! J’ai tenu bon… Et puis, après avoir lu l’article de Julie Bourgois dans notre numéro de mars, je me suis dit qu’il ne fallait pas rester idiot et comprendre pourquoi plus de 300 000 personnes avaient embarqué pour le Vendée Globe Virtuel.

 

Alors, lundi soir, j’ai pris le départ de la Transat BPE Belle-Ile-en-Mer/Marie Galante par procuration. J’ai raté le départ dimanche à 15h, mais comme ce jeu est plutôt bien fait, je ne me suis pas retrouvé 120 milles derrière les premiers, mais seulement à 42 milles, au milieu des derniers. Et, comme tout le monde, je me suis fait piéger. En un rien de temps, on remonte les places sans effort. 62 000e, 50 180e, 35 422e, etc. Alors, on se prend au jeu. J’ai pourtant promis à ma femme de ne pas y aller plus de quatre fois par jour. Promesses de Breton riment visiblement avec promesses de Gascon ! Mais pour lui prouver mon détachement et surtout mon indépendance par rapport à ce genre de jeux, je n’ai même pas pris la moindre option. « Ma démarche est purement sociologique » ai-je prétexté. « Vous tenez là un excellent alibi » m’aurait répondu le Commissaire Maigret en tirant sur sa pipe, avec le regard de celui qui sait que vous êtes coupable, mais n’en a pas encore la preuve.

 

Alors, voilà, j’en suis moi aussi ! Mon pseudo est Loak31 (ne me demandez pas pourquoi !) et j’étais ce matin 5799e. J’ai dans ma ligne de mire un certain Laurent Voulzy, à seulement 13 milles et 3600 places devant moi… Alors, comme je débute dans ce métier, si vous avez des conseils à me donner pour doubler celui qui a inspiré le trajet de cette course, n’hésitez pas. Je suis preneur. Je ne vais pas me faire battre par un chanteur au cœur grenadine quand même !  ;-)

 

Le petit bleu avec une étoile au centre, c’est Voulzy, juste devant moi. Le groupe de tête est sous le bateau jaune, à gauche, à une cinquantaine de milles. Mais l’écart augmente perpétuellement avec les leaders… Comme c’est bizarre !