L’assemblée générale de la classe IMOCA des monocoques 60 pieds s’est réunie jeudi et vendredi à Barcelone. Il est rassurant de voir que, malgré l’énorme succès du Vendée Globe, les membres de cette classe prennent les problèmes tels qu’ils viennent et tentent de les résoudre. Plutôt que de se voiler la face comme l’a malheureusement fait l’ORMA avant elle.

 

Ainsi, trois premières mesures ont déjà été votées :

 

1) Limitation du nombre de voiles à dix, ce qui permettra de réduire un peu les budgets.

 

2) Limitation du nombre d’appendices à cinq : deux dérives, deux safrans et une quille pivotante. Exit donc les trim tabs de Paprec-Virbac et Gitana Eighty. On imagine que la classe a voulu également ici limiter les coûts de recherche et de construction de pièces plus compliquées les unes que les autres…

 

3) Limitation de la hauteur des mâts, ce qui limitera au passage la puissance et donc les risques de démâtages.

 

Une autre mesure à venir prévoit d’imposer aux quilles des tests de contrôle en torsion, flexion et vibration.

 

Les deux principaux accidents du Vendée Globe, ceux de Yann Eliès et Jean Le Cam, devraient également entraîner quelques modifications dans le règlement. D’une part pour faciliter l’accès aux équipements de secours, d’autre part pour maintenir hors de l’eau la trappe arrière lors d’un chavirage.

 

Les membres de la classe ont également approuvé le besoin de développer de nouvelles technologies, notamment les systèmes d’énergies renouvelables. Ainsi, l’une des prochaines règles autorisera le développement de moteurs électriques fonctionnant à l’aide d’éoliennes, de panneaux solaires ou d’hydrogénérateurs. Il était temps…

 

Enfin, l’AG a tenu à confirmer le départ de l’European Pro Tour fin août malgré la crise et les nombreuses rumeurs qui attribuaient à cette course le même sort que celui réservé à la Calais Round Britain Race, annulée faute d’un nombre suffisant de concurrents.