Quel personnage ce Jean-Pierre Dick ! Il vient de lancer la construction de son 3e monocoque 60 pieds en vue de sa 3e participation consécutive au Vendée Globe. Rien que pour ça, ce mec est unique. Très rares sont ceux qui ont enchaînés trois Vendée Globe, et aucun avec trois nouveaux bateaux. A ma connaissance, seul Mike Golding s’est fait construire trois monocoques, mais pas pour trois éditions consécutives.

 

Mais il est unique à plus d’un titre également.

D’abord par son parcours étonnant puisqu’il n’a raccroché son costume cravate de vétérinaire entrepreneur qu’en 2001 pour devenir navigateur, sans se soucier du regard des autres et des nombreuses critiques à ses débuts parce qu’il ne venait pas du sérail.

Ensuite, parce qu’il a été le premier à commander un 60 pieds à Bruce Farr, et qu’il a, du coup, été l’un des principaux innovateurs de la classe Imoca ces six dernières années – le coin navigateur satellite, le rouf télescopique, le trim tab, etc.

Enfin, parce qu’il a monté avec Luc Talbourdet, une structure économique d’une grande qualité et extrêmement professionnelle pour gérer ses projets. A l’exception de Mer Agitée avec Michel Desjoyeaux et Offshore Challenges d’Ellen MacArthur, le milieu de la voile reste très artisanal.

 

 

Et puis c’est un personnage étonnant, attachant, drôle malgré lui, un peu comme Pierre Richard dans le Grand Blond. Il est dans la lune, un peu déconnecté, et capable de se pointer en short avec des chaussettes dépareillées. En même temps, c’est une force de travail incroyable, un véritable athlète, qui a su combler en quelques années les lacunes qu’il avait pour se hisser au niveau des meilleurs marins actuels. Pour rappel, il était en tête du Vendée Globe, au sud de l’Australie, lorsqu’il a heurté un ofni avec son safran, entraînant son abandon quelques semaines plus tard.

 

Après deux plans Farr, Jipé a fait appel cette fois-ci à Guillaume Verdier et Vincent Lauriot-Prévost pour dessiner sa future monture. 4000 heures de réflexion pour le design team (JP, Verdier, Lauriot-Prévost, Mick Kermarec, Nicolas Abiven, Laurent Delage et David Barnaby de Southern Spars) et maintenant 30 000 heures de construction pour Cookson où Paprec Virbac 1 avait déjà été construit. Le chiffre est incroyable, mais d’après le communiqué d’hier, les architectes auraient testé 70 carènes différentes avant de trouver la bonne ! Comme à son habitude, JP effectuera un demi-tour du monde pour le ramener en Europe, ce qui sera une nouvelle fois le meilleur entraînement qui soit et la meilleure façon d’optimiser son nouveau bolide.

 

Jean-Pierre Dick sera donc le premier (MAJ 9h21 : eh non, deuxième après PRB en fin d’année 2009 ou début 2010) concurrent à mettre à l’eau un nouveau bateau pour le Vendée Globe 2012. Je note d’ailleurs au passage que pour la première fois depuis au moins 20 ans, aucun monocoque 60 pieds n’a été lancé en 2009 ! (MAJ 9h21 : sauf si PRB justement lance son plan Verdier/VPLP avant janvier) Est-ce la faute de la crise ? Ou de l’énorme production du précédent Vendée Globe avec 20 nouveaux bateaux ?