Les Dupond & Dupont anglais font parler d’eux. Je veux dire Alex Thomson et Brian Thompson… A exactement deux minutes d’écart, leurs attachées de presse, réglées sur Big Ben, ont envoyé un communiqué de presse annonçant que le premier, Alex (oui, celui qui fait le mariole sur son bulbe ci-dessous !), venait de racheter le monocoque du second, Brian.

 

Et là attention, danger ! Car confier le plus puissant monocoque 60 pieds au plus fougueux des marins actuels peut faire des étincelles – dans tous les sens du terme ! Car, rappelons-le, l’ex-Pindar, dessiné par l’architecte franco-argentin Juan Kouyoumdjian, est de loin le plus puissant des monocoques de dernière génération. Il est juste 1 mètre plus large que la moyenne des monos 60 et son mât de 30 mètres est certainement l’un des plus grands. Ce bateau était un peu la grande inconnue du Vendée Globe. Mais faute de préparation et victime de nombreuses avaries, Brian n’avait pu en tirer la quintessence.

 

D’autres en rêvaient, lui l’a fait. Se faire photographier debout sur la quille de son monocoque 60 pieds.

Joli coup médiatique de l’impétueux skipper anglais. (© Mark Lloyd/DPPI) 

 

Rappelons également qu’en face, Alex est une tête brûlée qui n’a jamais fini une course en solitaire. Trois abandons sur le Vendée Globe et la Velux 5 Oceans. Pour parler cru, c’est un bourrin qui n’a jamais su ménager sa monture. Tempéré par le sage australien Andrew Cape, il s’est classé deuxième de la Barcelona World Race. Car il faut également souligner le fait que le blondinet britannique sait faire avancer vite un voilier. Il détient toujours le double record de vitesse sur 24 h, en solitaire et en double avec 468 et 501 milles. (MAJ 21.09 : regardez ici la vidéo de son record en double)

 

Bref, pour résumer, s’il termine ses courses, Alex Thomson ne sera jamais loin de la première place… Rendez-vous pour le vérifier l’année prochaine sur la 2e édition de la Barcelona World Race.