Telle est la dernière requête juridique du syndicat américain qui refuse d’aller régater dans les Emirats Arabes Unis. Sous prétexte d’une part que cela n’est pas possible selon le Deed of Gift et l’un des jugements de la cour suprême de New York, et d’autre part pour des raisons de sécurité à cause de la proximité immédiate de l’Iran.

 

J’avoue avoir du mal à comprendre le raisonnement des Américains qui risquent, en cas de victoire juridique, un nouveau report de la 33e Coupe de l’America. Or, il me semble qu’ils auraient tout intérêt à régater le plus vite possible pour profiter de leur avance en termes de préparation puisqu’ils ont mis à l’eau leur trimaran onze mois avant Alinghi. Cette manœuvre cacherait-elle autre chose ?

 

Craignent-ils qu’Alinghi puisse refuser leur trimaran BOR 90 ? Selon le certificat de jauge délivré récemment, celui-ci ne mesure 90 pieds de long qu’à la flottaison, contre 113 pieds hors tout et 89,5 pieds de large. En attendant, Alinghi 5 a été débarqué de son cargo mercredi dernier à Ras-al-Khaimah. De leur côté, les Américains ont déjà envoyé sur place du matériel, ce qui semble contradictoire avec leur nouvelle action juridique. La septième, soit dit en passant !

 

Alors, verrons-nous les deux maxi-multicoques régater en février prochain ? Rien n’est moins sûr. L’audience de la cour est prévue fin octobre. Et le verdict ? En général, trois semaines plus tard. Patience, patience…

 

© photo : Gilles Martin-Raget