Se balader sur le Viaduct Basin à Auckland est toujours un régal pour les yeux. On y croise Lion New Zealand, un Maxi skippé par Sir Peter Blake pendant la Whitbread 85-86 et aujourd’hui utilisé en charter. Sur la base de Team New Zealand, on aperçoit NZL-20, le quatrième Class America construit par les Néo-Zélandais pour la Coupe de l’America 92. Quatre Class America construits pour une seule édition ! A l’époque, on ne badinait pas sur les limitations de budget…

Baptisé New Zealand, ce Class America est entretenu comme un bijou par les techniciens de Team New Zealand. Et pour cause, il est unique en son genre. C’était le premier Class America doté d’une double quille avec un seul bulbe rejoignant les deux voiles – à la différence de SUI-59, le Class America suisse de Marc Pajot dessiné par Philippe Briand et doté de deux quilles avec deux bulbes lors de la Louis Vuitton Cup 99-2000.


© photo : Loïc Le Bras

La jauge des Class America limitait à deux le nombre d’appendices mobiles sous la coque. En général, c’était le safran et le trimmer (volet arrière) du voile de quille. Sur New Zealand, ce sont les deux voiles de quille qui pivotent indépendamment. En les inversant, cela fait pivoter le bateau encore plus vite en manœuvre. Et en mettant un peu d’angle en parallèle, cela permet de remonter au près comme un crabe… Fallait juste prendre le coup de main pour tourner les deux roues en même temps !
Avec Rod Davies à la barre, New Zealand avait battu Nippon Challenge en demi-finales de la Louis Vuitton Cup 92, avant de s’incliner en finale face au Il Moro di Venezia de Paul Cayard. Rod Davies avait été débarqué pour le dernier match de la finale et remplacé à la barre par un certain Russell Coutts, ce qui n’avait pas empêché les Italiens de s’imposer.

Bien qu’ils ne soient plus le support de la Coupe de l’America depuis cette année, les Class America (ou ACC en anglais) ont encore quelques beaux jours devant eux, notamment en Nouvelle-Zélande. Le Louis Vuitton Trophy leur offre un répit  et une société de charter, SAILNZ, exploite NZL-40 (l’ex-FRA 40 d’Harmony qui n’a jamais régaté) et NZL-41 (l’ex-JPN-41 de Nippon Challenge, 4e de la Louis Vuitton Cup 95) en charter tous les jours.