… et quel parcours original !

La nouvelle course réservée aux Multis 50 vient de nous offrir un superbe match-race entre le Crêpes Whaou 3 de Franck-Yves Escoffier et l’Actual d’Yves Le Blévec (voir cette vidéo sur notre site). Imaginez : 75 secondes d’écart à l’arrivée à Saint-Pétersbourg après plus de sept jours de jours c’est à peine un cheveu d’écart. En convertissant le temps de course de Whaou3 en secondes, le nouveau trimaran VPLP d’Escoffier a bouclé les 2000 milles du parcours en 675 184 secondes. On comprend mieux que les 75 secondes d’écarts sont ridicules, et correspondent finalement à une différence de 0,0111% de vitesse entre les deux trimarans !!! « Pas une journée où l’on n’avait pas Actual en visuel » s’est réjoui Franck-Yves Escoffier à l’arrivée.

 

L’écart de 75 secondes en image juste avant la ligne d’arrivée… © photo : Jean-Marie Liot / DPPI

Finie donc l’époque où le Malouin survolait la classe Multi 50 et remportait les Transat Jacques Vabre ou Route du Rhum avec plusieurs jours d’avance sur le deuxième. Cette concurrence, on l’espérait déjà lors de la dernière Transat Jacques Vabre entre les trois nouveaux Multis 50. Malheureusement, l’accident de Prince de Bretagne quelques semaines avant le départ et le chavirage d’Actual quelques heures après le départ avait une nouvelle fois laissé le champ libre à Crêpes Whaou.

Dommage justement que le Prince de Bretagne ne soit toujours pas réparé pour se joindre à cette fête. Mais cela augure d’une belle bagarre entre ces trois bateaux en novembre prochain pour la Route du Rhum. Il faut espérer également que d’autres projets de nouveaux bateaux vont rapidement voir le jour, pour dynamiser un peu plus cette classe pleine d’avenir.

Pour les autres concurrents, si Crêpes Whaou2, mené par Loïc Fequet, a dû se sentir un peu seul en troisième position, la bagarre était également serrée entre Lalou Roucayrol (Région Aquitaine-Port Médoc), Erwan Le Roux (Fenêtré-A-Cardinal), Anne Caseneuve (Naviguez Anne Caseneuve), Pierre Hingant (La Mer Révèle Nos Sens) et Hervé Cléris (CLM). Loin derrière, Etienne Hochedé (πR2) a mesuré le gouffre qui sépare son vieux trimaran en aluminium de 1983 avec les trimarans modernes en sandwich.

Quant à la course en elle-même, elle défriche de nouveaux horizons. Preuve qu’il n’y a pas que les Transat pour régater. Ce parcours ultra technique a fait le bonheur des premiers équipages. « Cette course est tout ce qui fait la qualité de la course au large, a déclaré à l’arrivée Yves Le Blévec. Nous ne changeons pas de continent mais c’est aussi riche qu’une transat. Nous nous sommes sans cesse doublés, redoublés, croisés, recroisés avec Crêpes Whaou3. »

Raz de Sein, raz blanchard, détroit du Pas-de-Calais, mer du Nord, détroit de l’Öresund entre le Danemark et la Suède, puis la mer Baltique avec ses vents froids, ses zones de calme, ses nuits blanches et ses pièges météo… Bref, pas de quoi s’embêter tout au long des 1900 milles du parcours. L’étape retour s’annonce donc prometteuse.

PS : Franck-Yves Escoffier était accompagné de son fils Loïc et d’Antoine Koch, tandis que Yves Le Blévec naviguait avec le revenant Eric Loizeau et l’ex-Ministe Ronan Deshayes.