Le Round Robin du Louis Vuitton Trophy vient de se terminer à la Maddalena. Quel premier bilan peut-on faire ?

D’abord, que le niveau des équipes est de plus en plus homogène et qu’il n’y a plus vraiment de grosses et de petites équipes. Tout le monde peut battre tous ses adversaires. Sur les petits parcours de l’archipel sarde (deux tours d’un total de 4,8 milles avalés en 30-40 minutes), la moindre approximation se paye cash.
D’autre part, que sans entraînements, il est difficile de rivaliser. Pour preuve : sans entraînement avant Auckland, les Russes de Synergy ont terminé dernier sans remporter le moindre match. Pour La Maddalena, ils ont recruté Thierry Peponnet en tant que coach, ont changé trois équipiers et se sont entraînés une semaine. Résultat : 5 victoires – 4 défaites.

Deuxième exemple : les deux équipes qui ont rejoint le circuit en Sardaigne, Luna Rossa et BMW Oracle, ont paru bien fébriles. Au point que, première grosse surprise, Oracle, le nouveau détenteur de la Coupe de l’America termine avant-dernier et est éliminé dès le premier tour. Philippe Presti, coach d’Oracle, me confiait néanmoins que l’équipe ne s’était pas entraîné et avait en même temps multiplié les réunions ici en vue de la 34e édition de la Coupe de l’America. « Pas facile de mobiliser toutes les forces sur le bateau en parallèle » avouait-il.


Sébastien Col et Jochen Schümann, juste après leur victoire face à Artemis qui les propulse à la 1ère place du Round Robin. ©photo : Franck Socha

Mais la plus grosse surprise est évidemment le superbe exploit d’All4One, l’équipe franco-allemande de Sébastien Col et Jochen Schümann, qui termine ce jeudi premier du Round Robin. Les équipiers eux-mêmes n’imaginaient pas avant la compétition terminer à cette place. La performance est d’autant plus remarquable que ce ne sont pas les champions qui manquent par ici.

 

Petits florilèges :
- Ben Ainslie (Team Origin), triple champion olympique (Laser et Finn)
- James Spithill (BMW Oracle), vainqueur de la 33e Coupe de l’America et champion du monde de match-racing
- Ed Baird (Luna Rossa), barreur d’Alinghi à Valence 2007
- Paul Cayard (Artemis), vainqueur de la Volvo Ocean Race 98-99 et de la Louis Vuitton Cup 92
- Torben Grael (Luna Rossa), vainqueur de la Volvo Ocean Race 2008-09, de la LouisVuitton Cup 2000 et cinq fois médaillés olympiques dont deux en Or (Star) !
- Dean Barker (Team New Zealand), vainqueur de la Coupe de l’America 2000 et de la Louis Vuitton Cup 2007
- Grant Dalton (Team New Zealand), vainqueur de la Whitbread 93-94, de The Race et LVC 2007
- Robert Scheidt (Luna Rossa), double champion olympique et huit fois champion du monde de Laser
- Karol Jablonski (Synergy), champion du monde de match-racing 2003
- Iain Percy (Team Origin), double champion olympique (Finn et Star)
Et j’en oublie quelques-uns dont évidemment le skipper d’All4One, Jochen Schümann, 56 ans et triple champion olympique (Finn et Soling) en 76, 88 et 96 !
Bref, y a quelques lingots qui traînent dans les parages…

L’objectif d’All4One de se classer dans le Top 4 (deux fois 5e à Nice et Auckland) est donc largement atteint. En revanche, celui d’Aleph de remporter quatre matchs pour se qualifier en quart de finale n’a pas été obtenu. Bertrand Pacé et son équipe n’ont remporté que deux matchs. Un troisième était largement à leur portée face à Mascalzone Latino qui les battent d’une seconde seulement alors que les Français avaient mené le match du début jusqu’à 5 mètres de la fin ! Mais la collision le 4e jour avec Azzurra (voir cette vidéo à la hune) a marqué un tournant dans l’équipe qui avait pourtant bien débuté la compétition avec deux belles victoires contre Team Origin et Oracle. Après cet incident, ils n’ont plus remporté un seul match. L’absence d’entraînement avant la compétition s’est également fait sentir au niveau des manœuvres. Ils perdent d’ailleurs d’une seconde contre Mascalzone à cause d’un empannage raté. Y a pas de secret : faudra s’entraîner avant Dubaï pour espérer suivre les pas d’All4One…