T’auras l’air d’un coureur… du large !


© photo : Yvan Zedda / Sea&Co

Au rugby, Franck Cammas aurait plutôt joué demi de mêlée que pilier ! Bien que très sportif, ce n’est pas une armoire à glace du style de Francis Joyon.

Pour compenser et pouvoir manœuvrer seul son trimaran géant Groupama 3 – prévu pour un équipage de 10 ! – Cammas s’est fait un installer un genre de vélo d’appartement – mais custom – afin d’alterner avec le moulin à café. Un coup les bras, un coup les jambes pour hisser son immense grand-voile de 288 m2.

L’idée n’est pas nouvelle et avait déjà été expérimentée sur la Coupe de l’America dans les années 80, à bord des fameux 12 Mètre JI. Mais la puissance des jambes n’est pas forcément plus rentable que celle des bras, car elle consomme plus d’énergie pour développer la même puissance. En plus de l’inconfort, l’idée avait donc été abandonnée et les wincheurs sont retournés en salle de muscu pour développer le haut de leurs corps.

Dans le cas de Cammas, c’est différent. Il ne hissera pas la grand-voile uniquement en pédalant. Ce n’est qu’une manière intelligente de soulager le haut du corps quelques minutes tout en continuant la manœuvre.

 

Entre le nouveau mât, plus court de 5 mètres, les voiles plus petites, l’équipage et l’avitaillement d’un tour du monde en moins, Groupama 3 pèsera 3 tonnes de moins en charge au départ de la Route du Rhum qu’au départ du Trophée Jules Verne, soit 14t au lieu de 17.

Le skipper aux quatre bateaux – Groupama 2 (Orma), Groupama 3 (Géant), Groupama 40 (Extreme) et Groupama 70 (ex-Ericsson 4) en attendant le 5e, Groupama 4 (nouveau VOR70) en construction chez Multiplast – a répondu à une interview de voilesetvoiliers.com que vous pourrez lire vendredi en info à la hune.