Skip to Content

Monthly Archives: août 2010

La Suisse vole !

Par

A peine le Championnat d’Europe de Moth à foil à St-Moritz terminé (voir à ce sujet notre vidéo à la hune ici), Alain Thébault et son équipe de l’EPFL mettaient à l’eau sur le Léman l’hydroptère.ch dont l’héritage suisse est clairement visible par sa fausse coque centrale, à l’instar des Décision 35.

 

 

Mise à l’eau de l’Hydroptère.ch par les airs, comme les Décision 35 et Alinghi V. En Suisse les voiliers  ne volent pas que sur l’eau…  ©photo : Gilles Martin-Raget.

 

Le site officiel le décrit comme une « plateforme laboratoire, dont l’objectif principal sera de tester des géométries et comportements en conditions réelles variées en vue de la conception de l’Hydroptère Maxi ». Ce “petit“ hydroptère.ch est un cata de 35 pieds avec des coques à redan, des foils et des safrans avec foils en T. L’autre objectif de l’équipe est de trouver le bon compromis d’un voilier performant en vol et sur l’eau – l’Hydroptère original n’est pas conçu pour naviguer en mode archimédien mais uniquement en vol.

 

 

Le catamaran Syz&Co dessiné par VPLP. ©photo : Loris Von Siebenthal

 

Avec le catamaran Syz&Co signé VPLP et le Mirabaud LX, premier voilier sans coque, les Suisses se passionnent de plus en plus pour tous ces drôles de bateaux volants. Il faut reconnaître que les conditions de vent et de “lac“ s’y prêtent plus favorablement qu’ailleurs…
 

 

Etonnant engin que ce voilier sans coque avec une structure uniquement tubulaire. ©photo : DR. Mirabaud.

Enfin !

Par

Près de dix mois après son accident au large de Brest, le trimaran Prince de Bretagne a enfin retrouvé son élément samedi à Lorient. Une longue période qui s’explique essentiellement par le temps nécessaire aux experts pour déterminer les causes de la rupture des bras tribord puis le temps “toujours trop long“ où ce sont les assureurs qui interviennent à leur tour.

 


©photo : François Van Malleghem

 

Bien des choses ont changé depuis l’année dernière, à commencer par le skipper puisque Lionel Lemonchois remplace Hervé Cléris. Avec ses nouveaux bras différents des premiers, le plan Irens/Cabaret est désormais plus large, donc potentiellement plus puissant. Son nouveau skipper, Lionel Lemonchois, a également apporté sa patte. Il a modifié le cockpit avec notamment l’ajout d’une colonne de moulin à café qui faisait défaut dans sa première version.

 

La bataille tant attendue l’année dernière sur la Jacques Vabre entre les trois nouveaux trimarans Actual (Yves Le Blévec, plan Verdier), Crêpes Whaou3 (Franck-Yves Escoffier, plan VPLP) et Prince de Bretagne (Lionel Lemonchois, plan Irens/Cabaret) est donc reporté au 31 octobre à Saint-Malo pour la Route du Rhum. En espérant que cette fois-ci, les trois soient à l’arrivée après une superbe régate sur l’Atlantique Nord…
 

La MOD du futur !

Par

Lancé dans le sillage de feu l’ORMA après la Transat Jacques Vabre 2007, les MOD 70 (pour Multihull One Design de 70 pieds) sont en passe de réussir leur pari.

Franck David, Stève Ravussin et l’entrepreneur suisse Marco Simeoni, ont semble-t-il atteint leur premier objectif de cinq commandes sur les douze MOD 70 prévus.

Trimaran monotype de 70 pieds, le MOD 70 est dessiné par le cabinet français VP-LP et construit  tel un puzzle dans différents chantiers dont Multiplast, Décision et CDK.© image : D.R.

 

Michel Desjoyeaux et Foncia ont créé la surprise au dernier Salon Nautique en annonçant la commande du deuxième exemplaire de la série – le premier étant destiné à Stève Ravussin. Une belle promo pour ce nouveau circuit qui présente tous les atouts pour réussir. La dernière Transat Jacques Vabre a d’ailleurs prouvé à quel point les grands multicoques manquaient à ce genre d’épreuve. L’ouverture de la Route du Rhum cette année aux G-Class suscite un immense intérêt par son caractère unique et original, mais qu’en sera-t-il dans quatre ans ?

La solution des MOD 70 pourrait alors s’imposer d’elle-même. Et comme tout effet de mode, il suffit d’un élément déclencheur pour que tout le monde se rue vers ce nouveau support.

Dans la foulée de Foncia, c’est Gitana qui se déclarait à son tour commanditaire d’un MOD 70.

Une quatrième commande est déjà confirmée, bien que l’intéressé ne l’ait pas encore annoncé officiellement.

Les bruits de ponton alternent entre Veolia et Alinghi. On sait que l’équipe de Roland Jourdain a sérieusement étudié une participation à la prochaine Volvo Ocean Race. Preuve s’il en faut que Bilou a certainement envie de tourner la page de l’IMOCA.

Idem pour Alinghi qui attend certainement de savoir si la prochaine Coupe de l’America se disputera en mono ou multicoque pour prendre sa décision d’y participer. Mais quelle que soit cette décision, rien ne l’empêche de disputer en parallèle un programme de courses au large en multicoques monotypes. Ernesto Bertarelli faisait déjà partie des initiateurs d’une classe monotype (D35) sur le Lac. Il se dit alors que Loïck Peyron pourrait prendre les commandes de ce MOD 70 aux couleurs du double vainqueur de la Coupe de l’America.

Pascal Bidégorry et Banque Populaire n’ont jamais caché leur intérêt pour cette nouvelle série et leur désir d’y participer à condition que le projet soit lancé, c’est-à-dire que les cinq premiers trimarans soient vendus. Dans ce cas, Banque Pop pourrait commander le sixième exemplaire.

Dans un interview parue sur notre site Voiles & Voiliers (à lire ici), Karine Fauconnier se disait intéressée par ce nouveau circuit qu’elle aimerait bien proposer à son nouveau sponsor Eric Bompard Cachemire.

Manque plus qu’à convaincre une équipe américaine, britannique, espagnole, néo-zélandaise ou scandinave pour que le MOD 70 ne tombe pas dans les vieux travers de l’ORMA et arbore cette dimension internationale qui a tant fait défaut à son aîné, surnommé le Championnat du Monde de Bretagne Sud.