Skip to Content

Monthly Archives: septembre 2010

TNZ et TO en Extreme 40

Par

Les Kiwis ne sont pas du genre à s’attarder sur leurs trophées. A peine viennent-ils de remporter pour la deuxième année de suite le circuit de l’Audi MedCup – à l’issue de la dernière épreuve à Cagliari – que la page TP 52 est déjà tournée. Leur plan Botin/Carkeek est vendu à un Australien, Marcus Blackmore. Et Dean Barker, après un retour express chez lui pour voir son dernier-né, reviendra en Europe pour assister au dernier rendez-vous des Extreme Sailing Series à Almeria du 9 au 12 octobre. Team New Zealand ne participera donc pas à l’Audi MedCup l’année prochaine, mais au circuit des Extreme 40.

Idem pour Team Origin. Dans une interview parue dimanche dans le quotidien anglais The Telegraph, Ben Ainslie précise : « avec le passage de la Coupe de l’America au multicoque, il semble que nous allons régater en Extreme 40 l’année prochaine. »

Dans ce même article, l’Australien Grant Simmer, nouveau patron de Team Origin depuis mai (à la place du Kiwi Mike Sanderson) a avoué leur surprise lors de la conférence de presse du 13 septembre. « Ils nous avaient dit que ce serait 2014. Ils nous avaient assuré à 95% que ce serait 2014. Les règles sur le design aussi sont un grand changement. Les nouveaux AC45 nous ont aussi pris par surprise. On a découvert qu’en s’inscrivant à la 34e Coupe, on était obligé de commander un AC45 ! » Les équipes, dont l’inscription prévoit déjà 3 millions de dollars de caution à verser avant le 31 juillet, doivent également budgéter tout de suite 700 000 à 900 000 euros pour l’achat de l’AC45. Car les équipes sont obligées d’en acheter un pour régater l’année prochaine sur le nouveau circuit baptisé America’s Cup World Series.

Dernière grande révolution qui a surpris Grant Simmer :
« Désormais, on peut partager des informations architecturales entre équipes jusqu’en avril 2012. D’ici là, nous aurons dessiné nos deux AC72. Cela signifie que les équipes peuvent s’associer et dessiner ensemble leurs bateaux. On peut se retrouver avec trois équipes partageant le même architecte, ce qui est très inhabituel pour la Coupe… Nous n’avons le droit de construire que deux bateaux. Mais avec cette règle, en s’associant à une autre équipe, on peut construire quatre bateaux, ce qui peut être très intéressant, surtout pour le développement des ailes. »

Enfin, Grant Simmer estime que pour monter un défi gagnant, il faut prévoir un budget d’environ 100 millions £, soit 117 millions € !

Seule inquiétude chez les Britanniques, le calendrier avancée de 2014 à 2013 pose le problème des Jeux Olympiques 2012. Le skipper de l’équipe, Ben Ainslie, triple champion olympique, compte bien décrocher une quatrième médaille d’or devant son public. Problème : il va falloir beaucoup naviguer en multicoque les trois prochaines années pour être compétitif pour la 34e Coupe. Ce qui paraît difficilement compatible avec une préparation olympique, tout aussi exigeante…
 

Catastrophe pour Plisson

Par

Dimanche matin, un violent incendie a ravagé la grande galerie de Philip Plisson située à Crac’h. Dans cette interview accordée au quotidien Le Télégramme, le photographe, très abattu, réalise difficilement l’étendue des pertes. Au total, le bâtiment accueillait plus d’un million d’images argentiques et numériques. Les pompiers, arrivés très vite sur les lieux, ont pu sauver une partie des archives, mais ont lutté des heures pour circonscrire puis éteindre l’incendie.

« C’est l’œuvre d’une vie qui disparaît, constate Philip Plisson devant son bâtiment en ruine. Il y a des séries entières, des histoires de vie qui ont été détruites. (…) Tout mon inventaire des phares d’Europe. Tout cela a brûlé… »


La célèbre photo de la pointe des Poulains, à Belle-Ile, fait peut-être partie des photos disparues dans l’incendie. © photo : Philip Plisson

Difficile de chiffrer une telle perte.
« Ça n’a pas de valeur, poursuit Plisson. Si on pouvait fixer un prix, ce serait celui de mes droits d’auteur qui se situent entre 800.000 et 1 000 000 d’euros chaque année. »

Parmi les pertes se trouvent également des milliers, peut-être des dizaines de milliers de photos de régate. Route du Rhum, America’s Cup, Vendée Globe, Transat Anglaise, et bien d’autres épreuves. C’est une partie du patrimoine historique de la régate qui vient de partir en fumée.

Conséquence immédiate : une trentaine de personnes se trouvent au chômage technique.
Si la cause accidentelle reste la plus crédible, les enquêteurs n’écartent aucune piste.

 

Un peu plus près des étoiles

Par

Jamais Mathieu Richard n’a été aussi proche de décrocher le titre mondial en match-racing. En tête du classement depuis la première épreuve et sa victoire à Marseille début avril, le Nantais a déjà remporté trois des sept premières compétitions, auxquelles s’ajoutent deux podiums supplémentaires.


Mathieu Richard, Greg Evrard, Olivier Herlédant et Yannick Simon, tout sourire après leur victoire à St-Moritz début septembre à bord d’un BLU 26. © photo : Ian Roman / WMRT

A deux épreuves de la fin du championnat, les Français comptent encore 17 points d’avance sur le deuxième, le redoutable champion en titre néo-zélandais Adam Minoprio, récent vainqueur au Danemark. Deuxième du World Match Racing Tour 2007, troisième en 2008, Mathieu Richard n’avait terminé “que“ cinquième l’année dernière. Il pourrait être le premier Français à décrocher le titre. Mais ne crions surtout pas victoire trop vite. On se souvient encore de la mauvaise fortune de Sébastien Col en 2008, volé d’une victoire probable sur la dernière épreuve par un comité de course aux ordres de Peter Gilmour.

Espérons que cette fois-ci l’équité soit de mise et que le meilleur gagne…

San Francisco se prépare

Par

Dans son édition de samedi dernier, le San Francisco Chronicle présente les probables infrastructures de la 34e Coupe de l’America si la ville californienne était retenue par le Golden Gate Yacht Club, détenteur de l’aiguière d’argent, et son équipe BMW Oracle Racing.


Cette image satellite montre San Francisco, l’océan Pacifique à gauche, la baie à droite, le centre-ville au milieu, et dans le cercle rouge l’endroit où pourrait s’installer le village de la 34e America’s Cup. © photo : Google Maps.


Cette photo aérienne nous montre San Francisco au premier plan, le Golden Gate Bridge en haut et le Bay Bridge en bas de l’image. Dans le rectangle rouge, le Pier 30-32 qui pourrait devenir le village de la Coupe avec notamment un immense amphithéâtre ouvert sur la baie pour admirer les matchs à la fois à l’œil nu et sur un grand écran. © photo : Christian Abend


Les bases des équipes seraient à gauche de l’image, et le village à droite. D’après l’article du Chronicle, les travaux seraient financés à hauteur de 100 à 150 millions de dollars par l’organisateur, qui jouirait des bénéfices de l’événement, tandis que le port de San Francisco resterait propriétaire des lieux et de son utilisation après la Coupe. Pour mémoire, la ville de Valence avait investi de son côté 500 millions d’euros pour construire le Port America’s Cup ainsi que les aménagements tels que des travaux de voiries ou bien l’agrandissement de l’aéroport. © image : Skidmore, Owings and Merill, LLP


Et voici à quoi ressemblerait l’amphithéâtre géant à ciel ouvert. Impressionnant, non ? © image : Skidmore, Owings and Merill, LLP