Dimanche matin, un violent incendie a ravagé la grande galerie de Philip Plisson située à Crac’h. Dans cette interview accordée au quotidien Le Télégramme, le photographe, très abattu, réalise difficilement l’étendue des pertes. Au total, le bâtiment accueillait plus d’un million d’images argentiques et numériques. Les pompiers, arrivés très vite sur les lieux, ont pu sauver une partie des archives, mais ont lutté des heures pour circonscrire puis éteindre l’incendie.

« C’est l’œuvre d’une vie qui disparaît, constate Philip Plisson devant son bâtiment en ruine. Il y a des séries entières, des histoires de vie qui ont été détruites. (…) Tout mon inventaire des phares d’Europe. Tout cela a brûlé… »


La célèbre photo de la pointe des Poulains, à Belle-Ile, fait peut-être partie des photos disparues dans l’incendie. © photo : Philip Plisson

Difficile de chiffrer une telle perte.
« Ça n’a pas de valeur, poursuit Plisson. Si on pouvait fixer un prix, ce serait celui de mes droits d’auteur qui se situent entre 800.000 et 1 000 000 d’euros chaque année. »

Parmi les pertes se trouvent également des milliers, peut-être des dizaines de milliers de photos de régate. Route du Rhum, America’s Cup, Vendée Globe, Transat Anglaise, et bien d’autres épreuves. C’est une partie du patrimoine historique de la régate qui vient de partir en fumée.

Conséquence immédiate : une trentaine de personnes se trouvent au chômage technique.
Si la cause accidentelle reste la plus crédible, les enquêteurs n’écartent aucune piste.