Skip to Content

Monthly Archives: décembre 2010

Trêves des confiseurs

Par

L’actualité voile ne fait pas relâche entre Noël et le Jour de l’An avec les départs à suivre le 26 décembre de la légendaire Sydney-Hobart, puis le 31 décembre de la deuxième édition de la Barcelona World Race. Sans oublier l’annonce par ACRM du lieu de la 34e Coupe de l’America avant le 31 décembre…

 

Pour autant, une petite pause s’impose !

 

Rendez-vous donc l’année prochaine.

Et d’ici là, passez de bonnes fêtes de fin d’année…
 

La Der de Bahia !

Par

Hier, un communiqué de la Velux 5 Oceans annonçait un changement de parcours de l’épreuve dont la deuxième étape vient de quitter Capetown en direction de Wellington. La suivante ne ralliera plus Salvador de Bahia au Brésil, comme prévu, mais Punta Del Este en Uruguay.

 

Raison officielle selon Sir Robin Knox-Johnston, l’organisateur : « Il s’est avéré que Salvador n’était plus à même de répondre aux demandes inhérentes à l’organisation d’une course. »

 

Comprendre : ils n’ont pas réglé la facture !

 

Ce qui n’est pas nouveau à Bahia…

 

La Transat Jacques Vabre s’est rendue à Salvador à quatre reprises, de 2001 à 2007. Et au fil des éditions, Pen Duick a eu de plus en plus de mal à se faire régler. Souvent bien après l’épreuve… Du coup, depuis 2009, la Transat Jacques Vabre a mis le cap sur le Costa Rica.

 

Mais la première course à avoir fait route vers Bahia est la Transat 6,50 en 2001 (j’en étais… ;-) ). Et GPO (Grand Pavois Organisation) connaît lui aussi les mêmes soucis de règlement.
En deux ans, Salvador de Bahia était à l’époque devenu la nouvelle destination à la mode. Transat 6.50 et Transat Jacques Vabre en 2001. Velux 5 Oceans en 2002-03. Le gouverneur de l’état de Bahia voulait développer le tourisme dans le nordeste et s’appuyer sur de grandes épreuves internationales pour communiquer.

 

Mais comme il a du mal à honorer ses engagements, tout le monde a fini par déserter.

 

Ne reste plus que la Transat 6.50 qui, sauf changement surprise de dernière minute, rejoindra une nouvelle fois la Baie de Tous les Saints en octobre prochain.

 

Mais ce sera certainement la dernière. Car les prochaines éditions (2013 et 2015) seront ouvertes à un nouvel appel d’offres de la part de la Classe Mini. Et si tant est que GPO remporte pour la quatrième fois l’organisation des deux épreuves suivantes, il se dit que la destination finale des Minis 6.50 ne sera plus Salvador. Justement à cause des problèmes financiers… Peut-être un autre port brésilien, plus au sud, comme Rio ou Florianopolis ? Ou alors un retour vers les Antilles ? Réponse au prochain Salon Nautique de Paris…

 


Sentiment souvent contrasté pour ceux qui ont vécu une arrivée à Bahia, notamment les nombreux Ministes en cinq éditions. Soit ils ont détesté : les nombreux dangers, la pauvreté omniprésente, l’urbanisme sans homogénéité, l’oppression d’une aussi grande agglomération… Soit ils ont adoré : la chaleur des Brésiliens, le quartier historique du Pelourinho, la musique, les plats typiques, etc. © photo : Thierry Martinez / Sea&Co

 

Bravo Thierry !

Par

Pour la troisième année consécutive, le World Yacht Racing Forum a réuni la semaine dernière les grandes huiles du “yachting“ international. A Estoril, au Portugal, les discussions et débats tournaient évidemment autour des thèmes de la régate, mais aussi du sponsoring, des médias et de l’avenir de notre sport.

 

Dans l’esprit, ça reste un “machin“ très anglo-saxon où les Français se font rares.

 

A l’occasion de ce Forum Mondial de la Voile, Thierry Martinez a reçu le Prix de la Photo de l’Année pour cette image ci-dessous…

 

Prise un jour de repos pendant les Mondiaux de Moth à Dubaï, cette photo nous montre les deux derniers Champions du Monde, l’Américain Bora Gulari en 2009 (à droite) et le Britannique Simon Payne cette année en pleine démonstration de leur talent, de leur maîtrise totale du Moth à foils et d’un certain humour… © photo Thierry Martinez.

 

Les fidèles de voilesetvoiliers.com sont habitués chaque jour à découvrir des Photos à la hune toujours plus belles ou étonnantes. Gilles Martin-Raget, Carlo Borlenghi, Thierry Martinez, Yvan Zedda et bien d’autres grands photographes de mer nous ravissent régulièrement de leur talent. Et là où ils sont très forts, c’est qu’ils arrivent encore à nous surprendre régulièrement avec des images insolites comme celle-ci… Bravo les artistes !
 

Un titre au rabais ?

Par

Voici le classement du World Match Racing Tour 2010 :
1 – Ben Ainslie (champion du Monde 2010)
2 – Mathieu Richard (vice-champion du Monde 2007 et 2010)
3 – Torvar Mirsky (vice-champion du Monde 2009)
4 – Adam Minoprio (Champion du Monde 2009)
5 – Ian Williams (double Champion du Monde 2007-2008)

 

Avec Sébastien Col et Paolo Cian, absents du circuit du WMRT à cause du nouveau système de sélection, ces sept skippers ont occupé les quatre derniers podiums du WMRT.

 

Or, on vient d’apprendre récemment que le Britannique Ian Williams et l’Australien Torvar Mirsky allaient débuter une nouvelle carrière en Extreme 40 – sûrement pensent-ils à la Coupe !

 

De son côté, Adam Minoprio est annoncé dans l’équipage de Camper Team New Zealand pour la prochaine Volvo Ocean Race.

 

Quant à Ben Ainslie, il arrête le WMRT la saison prochaine pour se consacrer aux JO de Londres 2012.

 

Dans l’éventualité que Mathieu Richard réintègre l’Aleph Equipe de France en vue de la 34e America’s Cup et qu’il sèche le circuit WMRT, cela signifie qu’il n’y aura en 2011 aucun des cinq meilleurs match-racers du moment sur le circuit qui se veut en être le championnat du Monde ! Paradoxale, ne trouvez-vous pas ?

 

D’où ma question en titre. En l’absence des quatre ou cinq meilleurs, le Championnat du Monde 2011 de match-racing décernera-t-il un titre au rabais ?

 

D’un autre point de vue, on peut aussi se dire qu’en l’absence de ses quatre principaux adversaires, c’est un boulevard qui s’ouvre devant l’équipage de Mathieu Richard pour décrocher leur première couronne mondiale…

 

A vous de juger !
 

Bilan de Salon…

Par

Que faut-il retenir des dix jours du Salon Nautique d’un point de vue régates et courses au large ?

 

- D’abord, que François Gabart (Macif), le Champion de France Solitaire et futur coéquipier de Mich’ Desj’ sur la Barcelona, participera au Vendée Globe 2012 sur un nouveau 60 pieds Imoca. Un plan Verdier (ce n’est que le 4e sur 5 nouveaux bateaux depuis le dernier VG !) sistership du Foncia de Desjoyeaux.

 

- Ce même Foncia justement sera revendu après la Barcelona World Race à Banque Populaire (c’est un peu la même maison !). A priori, bien que ce ne soit pas officiel, c’est Pascal Bidégorry qui s’élancerait dessus pour le prochain Vendée Globe.

 

- Toujours le Vendée Globe : le départ de la 7e édition est prévu le dimanche 11 novembre 2012 à 15h.

 

- En attendant son MOD 70 Foncia, Michel Desjoyeaux participera la saison prochaine au Challenge Julius Baer, le circuit  lémanique de D35, sur le catamaran d’Alain Gautier qui quitte Foncia pour rejoindre Aleph en vue de la 34e America’s Cup.

 

- En s’inscrivant officiellement à la prochaine Coupe de l’America, Aleph Team France est devenu Aleph Equipe de France, car soutenu officiellement par la FFVoile. C’est le 4e challenger officiel après Mascalzone Latino, Artemis et un troisième non déclaré (probablement Team New Zealand). Reste à Aleph à boucler le budget de 60 millions d’euros ! L’Equipe de France est en contact avancé avec deux grosses entreprises qui deviendraient co-partenaires et dont les noms remplaceraient ceux d’Aleph une fois les accords signés. Pour l’instant, les deux entreprises discuteraient ensemble pour s’accorder sur leur association…

 

- Restons dans l’America’s CupSan Francisco se fait désirer. Consciente d’être la seule ville véritablement candidate, la cité californienne essaye de négocier serré avec le GGYC (Golden Gate Yacht Club, le détenteur officiel de la Coupe) et ACEA (America’s Cup Event Autorithy, l’organisateur de la 34e édition). GGYC et ACEA auraient demandé à SF de se décider officiellement avant le 17 décembre, soit dans quatre jours. GGYC/ACEA doivent obligatoirement annoncer le lieu de la prochaine America’s Cup avant le 31 décembre. En cas de défection de dernière minute de San Francisco, une ville italienne serait candidate pour accueillir la prochaine Coupe.

 

- Meilleur barreur français de match-racing du moment, Mathieu Richard a perdu le titre de champion du Monde d’un rien ! Pour la deuxième fois après 2007, l’équipage de Mathieu doit se “contenter“ du titre de vice-champion du Monde, ce qui est déjà une belle performance.

 

- Avant de rêver de la Coupe de l’America, Franck Cammas a un tour du monde à gagner. Le détenteur du Trophée Jules Verne et vainqueur de la Route du Rhum (qui n’a pas été élu Marin de l’année !) vient d’annoncer son équipage pour la prochaine Volvo Ocean Race dont le départ sera donné d’Alicante (Espagne) le 5 novembre 2011.
Equipage de Groupama 4 :
- Franck Cammas, skipper
- Damian Foxall (IRL), barreur, régleur, crew manager
- Phil Harner (AUS), barreur, régleur, maître-voilier
- Magnus Woxen (SUE), barreur, régleur, consultant mât
- Jean-Luc Nélias, navigateur
- Charles Caudrelier, navigateur, barreur, régleur, responsable performances
- Sébastien Josse, barreur, régleur, responsable des systèmes embarqués
- Yann Riou, mediaman
- Jacques Caraës, mediaman remplaçant
- Martin Krite (SUE), équipier d’avant
- Brad Marsh (NZL), numéro 1, responsable gréement
- Martin Strömberg (SUE), régleur, voilier
- Erwan Israël, régleur, barreur, responsable manœuvres sur les inshores.
- Sébastien Marsset, régleur, responsable accastillage et sécurité

 

- Antoine Albeau a soufflé le titre de Marin de l’Année 2010 à Franck Cammas. A 38 ans, le planchiste a décroché cette année deux nouveaux titres de Champion du Monde, ce qui porte son record à 18 !

 

- Premier organisateur de courses en France, Pen Duick aura deux transats à gérer cette année. D’abord l’ex-Trophée BPE, rebaptisé Transat Cornouaille-Martinique entre Bénodet et Fort-de-France au lieu de Belle-Ile-en-Mer/Marie-Galante. Cette course Figaro disputée en solitaire a été remportée par Nicolas Troussel (2007) et Gildas Morvan (2009). Départ le 10 avril de Bénodet.

 

- puis la Transat Jacques Vabre dont le départ a été avancé au 16 octobre. En dehors des Imoca, Pen Duick n’a pas annoncé au Salon quelles seraient les autres classes présentes au Havre. Ultimes ? Multis 50 ? Class 40 ?

 

- Organisateur de la Route du Rhum, Pen Duick envisage d’organiser en alternance tous les quatre ans un Ti Rhum, réservé à des bateaux de moins de 40 pieds. Une idée lancée sur les pontons de Pointe-à-Pitre et qui a germé pendant le Salon Nautique. Alors, un Ti Rhum en 2012 ?

 

- En 2011, la Solitaire du Figaro n’ira pas en Espagne pour la première fois depuis 31 ans, et l’édition 1980 remportée par Gilles Gahinet… Le parcours de cette 42e Solitaire du Figaro partira de Perros-Guirec et passera par Caen, Dun Laoghaire (Irlande) et Les Sables d’Olonne avant d’arriver à Dieppe.

 

- Pour le Tour de France à la Voile, 2011 est l’année du renouveau avec l’arrivée du M34. Les organisateurs espèrent une quinzaine d’équipages. Mais il semblerait que ce soit presque tous des professionnels. Les budgets nécessaires pour aligner un tout nouveau M34, le monotype d’Archambault, ne facilite pas le travail des amateurs et étudiants…

- Enfin, dernière nouvelle en marge de la course, le lancement d’un nouveau monotype de course au large, le SKOD, un 35 pieds à quille pivotante signé Axel de Beaufort et Guillaume Verdier, sur une idée de Corentin Douguet. Le tout construit à Lorient par JPK. A suivre…
 

Luc Alphand sur DCNS ?

Par

Question candide : pourquoi DCNS n’a-t-il pas prolongé le contrat de Christopher Pratt jusqu’au prochain Vendée Globe ?
Parce que c’était prévu comme ça dès le départ du projet, me direz-vous.

 

Oui mais voilà !
Christopher Pratt a réalisé un début de Rhum impressionnant. Rivalisant dès sa première course en solitaire avec les meilleurs pendant plusieurs jours. Jusqu’à ce passage de front où il s’est englué. Mais ensuite, il a révélé un grand sens marin, une détermination à toute épreuve lorsqu’il s’est retrouvé pendant six jours privé d’énergie. Plus d’électronique, plus d’ordinateur et surtout plus de pilote. En solitaire sur un monocoque de 18 mètres, ça doit juste être l’enfer ! Il n’a pas abandonné et a ramené son bateau à bon port… Chapeau Monsieur Pratt !

 

Une sacrée aventure que DNCS aurait pu exploiter pour communiquer sur les valeurs du courage, de l’abnégation, etc. Mais non…
Cet exploit méritait peut-être de revoir le programme prévu et prolonger Christopher pour l’accompagner jusqu’au Vendée Globe… A l’image de Macif, qui ne se contente pas de sa sélection de figaristes et qui a décidé d’accompagner François Gabart plus loin, autour du monde, avec un bateau neuf sistership du Foncia de Desjoyeaux. Qui plus est au sein de l’écurie Mer Agitée. Un vrai boulevard pour le talentueux François… Bravo Macif !

 

Pour répondre à la première question, DCNS n’a pas modifié son programme parce qu’ils ont prévu un gros coup de communication avec Luc Alphand. L’ex-skieur est un grand sportif qui apprend vite. On l’a constaté lors de sa première reconversion en rallye-raid. Mais un grave accident d’enduro le prive désormais de tous volants autres que la voiture de monsieur tout-le-monde.

 

©photo : Thierry Martinez / Sea&Co

 

Et Luc Alphand s’intéresse désormais à la voile. Parrain de l’Actual d’Yves Le Blévec, il est venu naviguer plusieurs fois sur le trimaran 50 pieds. Il a également navigué cet été sur DCNS à la Trinité et vient de participer au convoyage retour du 60 pieds Imoca entre la Guadeloupe et les Açores.

 

De là à le voir participer à la Transat Jacques Vabre au côté de Marc Thiercelin, il y a un pas que je n’hésite pas à franchir… Avec un tel élève aussi médiatique, nul doute que DCNS va cartonner en communication.

 

Désolé Christopher. La Filière des Talents, le côté apprentissage d’un jeune marin par un expert, ce sont des beaux discours qui ne peuvent rivaliser avec les retombées médiatiques d’une telle manne publicitaire !

 

Enfin !

Par

C’est le scoop de l’année !
L’info qui va révolutionner Internet…

 

Voiles et Voiliers est devenu interactif !!!

 

Allez, un peu d’autodérision pour vous annoncer que désormais, vous pouvez tous, abonnés ou pas, commenter les articles de ce site et bien évidemment ce blog.

 

Je constate d’ailleurs avec plaisir que certains le savent déjà, à commencer par mon cher confrère Dominic Bourgeois, qui nous a posté un petit billet d’humeur dans les commentaires du Marin de l’Année…

 

Pour écrire un commentaire, si vous n’êtes pas abonnés au magazine, il vous suffit de remplir la première fois une courte fiche et de vous créer un login et un mot de passe. C’est rapide et gratuit… Alors, profitez-en !

 

Quels Français sur la Coupe ?

Par

Dans une note précédente, j’indiquais que sept représentants français différents avaient participé à la réunion de Paris le 29 octobre.

 

On sait depuis la semaine dernière qu’Alain Gautier, qui représentait un investisseur potentiel, a rejoint l’Aleph Team France de Bertrand Pacé.

 

Avec les frères Peyron et All4One, cela faisait donc quatre représentants.

 

Les trois autres étaient :

 

- Louis-Noël Vivies, bras droit d’Olivier de Kersauson. Dans une interview accordée à nos confrères du Journal du Nautisme, Kersau raconte qu’il réfléchit à la Coupe de l’America depuis près d’un an. Une interview dans laquelle Kersauson déclare être en discussion rapprochée avec All4One et HDS (Hervé Devaux Structures).

 

- Romaric Servajean-Hilst (inconnu du grand public mais qui avait œuvré dans l’ombre de Peyron et Pacé en 2004 sur le projet Team France) tente de monter le défi des trentenaires avec Mathieu Richard et Damien Iehl. Ce défi, baptisé Team Challenge France, a reçu le coup de cœur 2010 du Cluster Maritime français (un lobbying de la marine marchande). Il est surprenant de retrouver Mathieu Richard dans ce défi puisqu’il était annoncé au sein de l’Aleph Team France de Bertrand Pacé lors d’une conférence de presse fin septembre…

 

- Un doute persiste sur le dernier représentant français du meeting de Paris. Y avait-il un  émissaire du baron Benjamin de Rothschild (propriétaire du Gitana Team) à cette réunion ? Les intéressés démtentent tandis que d’autres affirment le contraire. Le baron veut-il rester le plus discret possible avant de prendre une décision ? Ou bien certains jouent l’intox dans l’espoir de voir venir sur la Coupe de l’America un milliardaire (ou multi-millionnaire) français ? De mémoire, je me souviens qu’en 2007, lors de la 32e édition, Rothschild avait déclaré ne pas vouloir s’intéresser à la Coupe de l’America tant qu’elle se dispute en monocoque…

 

Bilan : nous avons trois défis déclarés dont deux ont déjà participé à des épreuves cette année, All4One et Aleph Team France. Kersauson ne cherche pas à monter son propre syndicat et affiche clairement son souhait de travailler avec Stéphane Kandler. Quant au défi des trentenaires, on imagine mal un avenir à ce projet sans Mathieu Richard, le meilleur match-racer français du moment, si celui-ci rejoignait officiellement l’Aleph Team France. De même, Mathieu Richard a répété lundi soir à la Soirée des Champions son souhait de disputer encore le World Match Racing Tour l’année prochaine, ce qui paraît peu compatible avec une campagne pour l’America’s Cup.

 

Une inconnue demeure également sur le projet des frères Peyron. Dans une longue interview accordée à L’Equipe le 27 octobre, Bruno déclarait vouloir rallier toutes les forces vives françaises du multicoque pour monter la dream team tricolore. Mais Alain Gautier a rejoint Aleph, Franck Cammas est accaparé par la Volvo Ocean Race et Pascal Bidégorry a un Trophée Jules Verne à décrocher. Et mon petit doigt me dit qu’il a un autre projet après le Jules Verne (mais nous en reparlerons en temps voulu…). Quant à Loïck Peyron, il va s’absenter trois mois en tête à tête avec Jean-Pierre Dick au moment crucial où il faut convaincre les sponsors de mettre 15 à 25 millions d’euros sur la table dès la première année… Pas simple !

 

Conclusion : deux projets semblent les mieux armés aujourd’hui, et comme par hasard, ce sont les deux qui ont disputé le Louis Vuitton Trophy. Et je parie une tournée au bar L’Etage à La Trinité-sur-Mer, que si Aleph Team France s’inscrit le premier à la 34e Coupe de l’America, All4One se rabattra sur le drapeau allemand (puisqu’il faudra bien choisir un jour) et jouera la carte européenne…
 

Quel Marin cette année ?

Par

La Soirée des Champions de la FFVoile – que j’ai le plaisir de présenter pour la cinquième année consécutive – célébrera ce soir le Marin de l’Année 2010. Pour sa dixième édition, et pour fêter les 50 ans du Salon Nautique, elle se déroulera exceptionnellement dans l’enceinte du Salon et non dans un joli théâtre parisien.

 

Et pour la première fois vous pourrez suivre la soirée en direct sur Internet, sur le site de la Fédé (www.ffvoile.fr) à partir de 20h. Outre la remise des Trophées et l’élection du Marin de l’Année par un jury présidé cette année par Yvan Le Bolloc’h, la soirée est également marquée par l’excellent film de 35 minutes « La Rétro 2010 ». A ne pas manquer pour tous les passionnés de régate et autres amateurs de belles images…

 

Voici la liste des nominés cette année :
- l’Equipe de France de Voile Olympique, vainqueur de la Coupe du Monde ISAF
- Antoine Albeau, double champion du Monde de windsurf (et 18e titre de Champion du Monde dans toute sa carrière !)
- Franck Cammas, détenteur du Trophée Jules Verne et vainqueur de la Route du Rhum
- Armel Le Cléac’h, vainqueur de la Transat AG2R et de la Solitaire du Figaro.
 

Ben Ainslie était trop fort

Par

Comme en 2007, Mathieu Richard échoue à une marche du sacre et termine vice-champion du monde du World Match Racing Tour. Tout s’est joué sur la dernière épreuve où le Français, mal engagé pendant les Round Robin, avait pourtant arraché son ticket pour les quarts de finale, aux dépens de son premier poursuivant, le Kiwi Adam Minoprio.

 

Mais c’était sans compter sur la fougue et le talent du meilleur régatier de tous les temps : Ben Ainslie, surnommé Big Ben ! Le triple champion olympique, premier à l’issue des Round Robin, avait le choix de son adversaire pour les quarts. Et Big Ben a eu l’intelligence et le courage de choisir l’équipage français pour l’éliminer au plus vite de la course au titre. Bien joué ! En battant Mathieu Richard dès les quarts, Ben Ainslie est resté maître de son destin tandis que les tricolores devaient non seulement remporter leurs matchs de classement pour terminer 5es et en plus espérer que le Britannique échoue en finale ou avant.

 

Ben Ainslie soulève le trophée du World Match Racing Tour. Ce marin-là est probablement le plus grand régatier de tous les temps… © photo : Subzero Images / WMRT

 

Mais Ben Ainslie n’a pas flanché, au contraire des Français qui terminent huitièmes. Le barreur anglais n’a participé qu’à six épreuves cette année et en a remporté trois, comme Mathieu Richard mais qui en a disputé neuf… Sachant que seuls les six meilleurs résultats sont pris en compte et que la dernière épreuve, la Monsoon Cup, est obligatoirement comptabilisée avec en plus un coefficient 1,5.

 

Bravo donc au Roi Ainslie. Seule consolation, pour la première fois de leur carrière, Mathieu Richard et son équipage (Greg Evrard, Olivier Herlédant, Yannick Simon et Thierry Briend) ont mené le World Match Racing Tour de la première épreuve à Marseille jusqu’au dernier jour de la dernière épreuve. Preuve une nouvelle fois qu’en France, le talent ne manque pas en match-racing avec également les équipages de Damien Iehl, Sébastien Col, Bertrand Pacé et Pierre-Antoine Morvan qui s’illustrent régulièrement sur les différentes compétitions de match-racing.

 

Reste à savoir quels sont les deux Français qui iront disputer le WMRT 2011 car l’America’s Cup World Series ne devraient pas permettre de jouer sur les deux compétitions en même temps.