Skip to Content

Monthly Archives: février 2011

Un nouveau 60 pieds espagnol

Par

L’Espagnol Javier Sanso (42 ans) se fait actuellement construire en Nouvelle-Zélande un plan Owen Clarke Design en vue du prochain Vendée Globe. C’est la première fois que le skipper ibère bénéficiera d’un bateau neuf. Et c’est le premier plan Owen Clarke Design nouvelle génération.

 

En 2000-01, Javier Sanso abandonne le Vendée Globe sur avarie de safran à bord d’un vieux 60 pieds Imoca, Old-Spice, construit en 1992 et à peine remis en état faute de budget.

 

En 2007-08, sur l’ex-Ecover 1 (plan Owen Clarke déjà !) rebaptisé Mutua Madrilena, il se classe 4e de la Barcelona World Race avec son ami Pachi Rivero (actuellement 3e sur Renault Z.E avec Antonio Piris).

 

Son nouveau bateau, dont le sponsor n’est pas encore connu, sera le 5e nouvel Imoca depuis le dernier Vendée Globe puisqu’il devrait toucher l’eau avant le Macif de François Gabart.

 

Dernière génération de 60 pieds Imoca :
1 – PRB (plan VPLP-Verdier) de Vincent Riou. Mis à l’eau en mars 2010.
2 –Virbac-Paprec 3 (plan VPLP-Verdier) de Jean-Pierre Dick. Mis à l’eau en mai 2010.
3 –Foncia (plan VPLP-Verdier) de Michel Desjoyeaux. Mis à l’eau en septembre 2010.
4 – Cheminées Poujoulat (plan Kouyoumdjian) de Bernard Stamm. Bientôt mis à l’eau.
5 –n.c. (plan Owen Clarke Design) de Javier Sanso.
6 –Macif (plan VPLP-Verdier) de François Gabart. Mise à l’eau prévue à l’automne.

 

Pour mémoire, un seul Espagnol a bouclé le Vendée Globe jusqu’à aujourd’hui. Jose Luis de Ugarte avait 63 ans en 1993 lorsqu’il a terminé sixième de la 2e édition en 134 jours à bord de Euskadi-Europe 93-BBK (plan Finot-Conq). Il reste le doyen des skippers ayant terminé le Vendée Globe. Unai Basurko (Pakea Bizkaia 2009), troisième espagnol à s’être élancé sur le Vendée Globe en 2008 avait abandonné en Atlantique Sud sur avarie de safran.
 

Qui suis-je ? (2)

Par

J’ai moins de 40 ans.

J’habite dans le Finistère.

Je viens du Figaro.

J’ai bouclé un Vendée Globe.

J’ai navigué sur toutes sortes de supports, du petit monocoque au maxi-multicoque.

J’ai établi un record des 24h en monocoque.

Je n’ai pas beaucoup d’expérience du trimaran…

Mais je suis le futur skipper du MOD 70 du Gitana Team !

 

Je suis, je suis…

 

 

Alors ? Vous avez deviné ?
 

Des sponsors fidèles

Par

L’inscription officielle de Vincent Riou au prochain Vendée Globe (2e inscrit après Jean-Pierre Dick) m’a fait penser que PRB, son sponsor, va participer à son sixième Vendée Globe consécutif sur sept éditions ! Seule la première manque à l’entreprise vendéenne.

 

Jean-Yves Hasselin a ouvert la voie en 92-93, puis Isabelle Autissier en 96-97 avant une première victoire grâce à Michel Desjoyeaux en 2000-01 puis une deuxième en 2004-05 avec Vincent Riou. Fidèle à la voile depuis donc 20 ans, PRB est aussi fidèle à son skipper puisque Vincent Riou disputera son troisième tour du monde sous les couleurs de PRB. Et pour la deuxième fois, il bénéficiera d’un bateau neuf avec son nouveau 60 pieds Imoca, signé VPLP-Verdier, arborant le fameux orange de son sponsor.

 

A l’heure où trois défis français cherchent des sous (beaucoup) pour la prochaine Coupe de l’America, il est de bon ton de rappeler à nos grands chefs d’entreprises que la voile est un investissement “durable“, comme on dit d’nos jours ! Outre l’investissement rentable en termes de communication, la voile véhicule comme aucun autre sport des valeurs humaines, sportives et technologiques.

 

Et preuve du bonheur de nombreuses entreprises à communiquer à travers la voile, PRB n’est pas le seul à s’inscrire dans la longévité. Banque Populaire finance de nombreux projets depuis plus de 20 ans. L’assureur Generali aussi, à travers ses différentes filiales comme Concorde et Europ Assistance. Groupama entame sa quatorzième saison au côté de Franck Cammas et Sodebo itou, mais avec deux skippers différents, Raphaël Dinelli d’abord, puis Thomas Coville depuis maintenant plus de dix ans… Sans oublier Foncia qui a démarré avec les frères Bourgnon en 1999, et Gitana depuis maintenant dix ans avec de nombreux skippers, comme on sait…

 

Espérons qu’ils seront encore tous là dans dix ans, et que d’autres les auront rejoint dans ce club  "très ouvert" des fidèles sponsors à la voile !
 

Oracle, les photos interdites !

Par

Pour fêter sa victoire lors de la 33e Coupe de l’America il y a tout juste un an, Oracle Racing, le nouveau defender de l’aiguière d’argent vient de réaliser un diaporama de photos inédites, jusque-là non publiées pour des raisons de confidentialité.

 

C’est à voir ici sur YouTube.

 

On y voit par exemple le démâtage d’USA-17 à l’entraînement, des essais en bassin de carène ou en soufflerie, les nombreux pépins inhérents à un tel projet et aussi le fameux système anti-friction sous les flotteurs du trimaran. Un système compliqué, lourd et finalement retiré quelques jours avant la première régate.

 

Toutes ces photos ont été réalisées par Gilles Martin-Raget et Guilain Grenier. Quand elles ne sont pas informatives ou surprenantes, elles sont tout simplement superbes, magiques, envoûtantes… Il eut été dommage de ne pas publier toutes ces images passionnantes pour tous les amoureux de voile, et de la Coupe de l’America en particulier.

 

Bref, un diaporama A VOIR ABSOLUMENT !

 

En voici quelques images…

 

Merci à Oracle et aux photographes de nous faire partager les coulisses de cette formidable aventure technologique.

 

On voit bien ici les deux ouvertures transversales dans le flotteur, à l’avant et au milieu. ©photo : Gilles Martin-Raget / Guilain Grenier (BMW Oracle Racing)

 

 

 Voici des images inédites de l’intérieur du système anti-friction qui, pour rappel, envoyait un fluide gras pour augmenter la glisse du trimaran américain. ©photo : Gilles Martin-Raget / Guilain Grenier (BMW Oracle Racing)

 

 Là, on s’aperçoit que le système fuit à l’avant. Une petite usine à gaz que les Suisses avaient également développé et testé de leur côté. ©photo : Gilles Martin-Raget / Guilain Grenier (BMW Oracle Racing)

 

 Pas convaincus de l’efficacité du système par rapport à son encombrement, sa gestion et son bon fonctionnement, les Américains l’ont finalement retiré quelques jours avant la première régate. ©photo : Gilles Martin-Raget / Guilain Grenier (BMW Oracle Racing)

 

 Et pour finir, une petite image de tests en soufflerie avec le trimaran auquel va être rajouté la maquette de l’aile rigide. ©photo : Gilles Martin-Raget / Guilain Grenier (BMW Oracle Racing)

 

34e Coupe de l’America : et de deux !

Par

Après Aleph Équipe de France mi-décembre, Bruno Peyron devrait officialiser mercredi 9 février au cours d’une conférence de presse au Yacht-club de France l’inscription d’une deuxième Équipe française pour la 34e America’s Cup.

Pour rappel, Bruno s’est associé à son frère Loïck dans ce projet. Mais ce dernier n’assistera pas à la conférence de presse puisqu’il mène actuellement la Barcelona World Race avec Jean-Pierre Dick (peut-être le verrons-nous en visioconférence ?).

D’après nos sources, il est peu probable que l’aîné des frères Peyron annonce un sponsor. Et logiquement pas de nom définitif pour ce nouveau challenger français non plus.

Tout comme Aleph, les Peyron auraient donc décidé de s’inscrire – et donc de débourser 25 000 dollars – sans avoir bouclé le budget. Ce qui suppose néanmoins une certaine confiance et prouve que des contacts sont bien avances.

Ironie de l’histoire, une réunion de rapprochement entre Aleph (Pacé et Ligot) et les frères Peyron s’est tenue dans les salons du Yacht-club de France pendant le Salon Nautique. Réunion à la suite de laquelle, Bertrand Pacé et Philippe Ligot (rejoint par Alain Gautier) avaient décidé de s’inscrire de leur côté et de griller la politesse aux Peyron.

C’est donc dans ces mêmes salons que Bruno officialisera leur propre inscription…