Après deux journées de régates à Qingdao (Chine), sur le plan d’eau des JO 2008, ce sont les Kiwis d’Emirates Team New Zealand qui occupent la tête de la 2e épreuve des Extreme Sailing Series.

 

Oui, vous avez bien lu !

 

Dean Barker, le roi du match-racing en monocoque, qui n’avait jamais mis les pieds sur un cata avant octobre dernier – et pratique très peu les courses en flotte – démontre la rapidité avec laquelle un champion est capable de s’adapter à tous supports, et tous types de régates…

 

Barker devance des grands spécialistes du multicoque comme nos Français Pierre Pennec (Gitana) et Yann Guichard (Alinghi), ou le double champion olympique autrichien de Tornado Roman Hagara (Red Bull), qui se consacrent aux multicoques depuis 20 ans !

 

Départ d’une manche à Qingdao. Team New Zealand, seul bâbord amures sur la ligne tandis que les dix autres Extreme 40 se bousculent, tribord amures, en bout de ligne… © photo : Lloyd Images

En octobre dernier, lors de la dernière épreuve 2010 de l’iShares’ Cup, Barker et ses hommes étaient arrivés quasiment la veille de l’épreuve, sans le moindre entraînement à bord. Ils ont logiquement terminé derniers. Mais cet hiver, “Deano“ (son surnom en Nouvelle-Zélande) a mis les bouchées doubles pour rattraper son retard.

 

A Oman, lui et ses hommes n’ont cessé de progresser pour terminer quatrièmes sur onze en remportant trois manches. Aujourd’hui, ils sont en tête de la 2e épreuve… CQFD.

 

Alors, à tous ceux qui imaginent qu’en France, on a 30 ans d’avance sur le reste du monde en matière de multicoque, il est peut-être temps de redescendre sur terre – ou plutôt sur mer – et d’aller s’entraîner. Car la concurrence, elle, ne nous attend pas…