A moins d’un an des Jeux Olympiques de Londres commencent à se profiler les sélections nationales pour ces 27es Jeux d’été. Et si en France, la bataille fait rage en 470 pour choisir l’équipage masculin entre les duos Pierre Leboucher/Vincent Garos et Nicolas Charbonnier/Jérémie Mion, les Anglais avaient quant à eux l’embarras du choix dans la catégorie des Finn.

 

Ed Wright et Giles Scott occupent respectivement les 1ère et 2e places du classement ISAF de ce dériveur olympique (à noter que Thomas Le Breton est 3e de ce classement). Eh bien malheureusement pour ces deux-là, qui mériteraient certainement de disputer les Jeux Olympiques, qui plus est chez eux, il y a un prodige outre-Manche qui s’appelle Ben Ainslie !

 

Ben Ainslie dans une tenue inhabituelle, plus proche de OO7 que du mataf ! © photo : DR.

 

Peu importe sa 34e place au classement ISAF qui ne témoigne que d’une chose. Big Ben n’a pas disputé beaucoup d’épreuves en Finn ces derniers temps, occupé par ailleurs sur d’autres supports. Que ce soit en Class America l’an dernier sur le Louis Vuitton Trophy, ou bien en Extreme 40 depuis peu. Et dès qu’il remet les pieds sur un Finn, le triple Champion Olympique (Laser en 2000, Finn en 2004 et 2008) s’impose systématiquement, comme à la SOF à Hyères ou lors de la Sail For Gold Regatta, courue cet été sur le plan d’eau des Jeux à Weymouth. La Fédération Anglaise vient de trancher et a décidé de sélectionner Ben Ainslie. Logique…

 

Ben Ainslie est un champion hors catégorie, à l’image de Carl Lewis, Michael Jordan, Michael Schumacher ou Sébastien Loeb aujourd’hui. Ceux qui dominent un sport de façon outrancière. La délégation anglaise ne pouvait donc pas se passer d’un tel porte-drapeau, un capitaine qui tire ses compatriotes vers le haut. Tant pis pour Ed Wright et Giles Scott, deux grands champions qui naviguent dans l’ombre d’un tel phénomène.