Clin d’œil ou pied de nez ?

 

Les trois premiers MOD 70 se sont retrouvés pour la première fois ce week-end pour une régate exhibition, le Krys Match à La Trinité-sur-Mer.

 

Grand succès avec de belles conditions de vent, des images spectaculaires et des trimarans qui s’envolent et flirtent avec les 40 nœuds. En s’inspirant des America’s Cup World Series (départ vent de travers, runs de vitesse) et des Extreme 40 (proximité avec le public), Franck David et les organisateurs ont réussi leur pari. Mettre en valeur ces nouveaux trimarans monotypes de 70 pieds qui succèdent aux trimarans Orma de 60 pieds.

 

Quel bonheur de revoir des trimarans s’envoler et assurer le spectacle, comme ici le Veolia Environnement de Roland Jourdain ! © photo : Thierry Martinez / Sea&Co / MOD S.A.

 

Souvenez-vous de l’Orma, de son essor soudain entre 2000 et la terrible Route du Rhum 2002 puis de son déclin jusqu’à son baroud d’honneur lors de la Route du Rhum 2006. Des multicoques ultra sophistiqués mais trop chers pour des retombées médiatiques trop sporadiques. Le circuit Orma était surnommé le Championnat du Monde de Bretagne Sud.

 

C’est sur les cendres de l’Orma que s’est bâti ce nouveau circuit des MOD 70. Des trimarans monotypes pour limiter les coûts. Un numerus clausus de 12 unités pour maintenir la valeur des bateaux à l’occasion. Une internationalisation en limitant à quatre le nombre de trimarans par pays. Un circuit spécifique avec une transat et un tour de l’Europe chaque année, auxquels s’ajoutent un tour du monde tous les 3 ans. Tout cela est très alléchant. Et on attend avec impatience la Krys Ocean Race en juillet prochain avec six MOD 70 alignés au départ de New York pour rejoindre Brest.

 

Petite parenthèse à ce bel enthousiasme, il me paraît tout de même cocasse que le premier événement de ce renouveau des trimarans de course au large ressemble de loin (en plus moderne of course) à un Grand Prix Orma de la grande époque. Qui plus est à La Trinité-sur-Mer, ancien fief des trimarans Orma pendant de longues années.

 

D’où ma question en introduction : Clin d’œil ou pied de nez au passé ?