A l’heure où une nouvelle saison de ski démarre, une image – ou plutôt une métaphore – me vient en regardant la cartographie de la tentative de record de Banque Populaire V. Quelle belle trace !

 

Comme le skieur (ou surfeur) se retourne pour admirer son empreinte laissée dans la neige après la descente d’un mur de poudreuse, l’équipage de Banque Pop V peut regarder quelques secondes dans son sillage pour apprécier la jolie trajectoire du maxi-trimaran dans la descente de l’Atlantique du Nord au Sud.

 

En rose, la trajectoire de Banque Populaire V sur la descente de l’Atlantique. Depuis les Canaries, le trimaran de 40 mètres est bâbord amures (hormis peut-être quelques manoeuvres dans le pot-au-noir) ! En vert, la trace de Groupama 3 aller et retour lors de son record de 2010 en 48 jours. Jeudi matin, l’avance de BP V était de 440 milles… © photo : Banque Populaire.

 

Dévaler l’Atlantique Sud sur un seul bord bâbord amures, en dessinant une belle courbe le long du Brésil, doit laisser rêveurs plus d’un chasseur de record et autres circumnavigateurs.

 

Parti sur les chapeaux de roue et avec les bonnes grâces météorologiques, l’équipage de Loïck Peyron s’apprête à enchaîner les records et temps intermédiaires. Après Ouessant-Equateur, battu d’environ une demi-heure (5 jours 14h55’), c’est le chrono Ouessant-Bonne Espérance (13j. 6h01’ par Groupama 3 depuis 2008) qui se présente sous les meilleurs auspices.

 

 

 

 

ps : petite pensée au passage pour Pascal Bidégorry, initiateur du projet et malheureux dans sa tentative de début d’année stoppée par un ofni dans l’Atlantique Sud. Petite consolation cette semaine pour le Basque, le 100e derby Biarritz/Bayonne en rugby a tourné in extremis à l’avantage des Biarrots !