Huit manches disputées, huit podiums dont trois victoires. Et huit points d’avance sur le deuxième. Un vrai rouleau compresseur. Aux Championnats du Monde ISAF, à Perth, personne en Finn n’arrête Ben Ainslie, en route vers un 6e sacre mondial. Personne ? sauf Big Ben lui-même !

 

A l’arrivée de la 9e manche (sur 10 avant la Medal Race), qu’il termine encore 2e, le triple champion olympique pète une durite, se jette à l’eau, nage jusqu’à un bateau télé et monte à bord pour se disputer avec le pilote. En cause ? La vague du bateau qui l’aurait gêné sur le dernier bord de vent arrière.

 

Résultat de l’altercation : le néo-hooligan est disqualifié des deux dernières manches 9 et 10 (règle 69 : mauvais comportement) et se retrouve du coup éjecté de la Medal Race. Ben Ainslie termine 11e de ces Mondiaux qu’il dominait encore outrageusement. Beau gâchis !

 

Comme les mémés de Toulouse, Ben Ainslie aime la castagneeee…. © photo : DR

 

Invoquant la pression des Mondiaux pour expliquer son pétage de plomb, Ainslie s’est ensuite excusé auprès des intéressés. Mais l’ironie de l’histoire, c’est que dans l’équipe olympique de Grande-Bretagne, Ben Ainslie est l’immense champion qui cachait la forêt de Finnistes. Giles Scott, autre sujet de sa Majesté, décroche le titre Mondial. Et un troisième british, Ed Wright, monte sur la 3e marche du podium. Un vrai problème de riche…

 

Reste à savoir si les Anglais vont retirer son ticket olympique à Ben Ainslie ? Ça paraît peu probable. Du coup, le pauvre Giles Scott est certainement le premier Champion du Monde en titre d’une discipline à ne pas être sélectionné pour représenter son pays aux JO…

 

Et malgré cet incident, la Grande-Bretagne termine encore 1ère nation avec six médailles, dont une en or.

 

Côté Français, le bilan fait moins sourire. La délégation tricolore n’a rapporté qu’une seule médaille de bronze grâce à l’équipage de match-racing féminin de Claire Leroy. Bien loin des objectifs de Philippe Gouard, le DTN de la Fédé, qui espère décrocher six breloques aux JO de Londres l’été prochain.

 

Mais c’est un mal bien Français, bien connu chez les rugbymen, de ne pas arriver à enchaîner deux bonnes performances. Espérons qu’à l’image du XV tricolore, l’Equipe de France de voile olympique saura faire preuve d’orgueil à Weymouth pour rivaliser avec nos meilleurs ennemis. Et puis, comme il n’y a qu’un représentant par pays aux JO, Jonathan Lobert, 6e en Finn à Perth, sait déjà qu’il n’aura qu’un seul Britannique en face de lui. C’est déjà deux places de gagnées !

 

 

ps : A noter qu’après l’équipage de Claire Leroy, la meilleure performance française aux Mondiaux de Perth revient à Charline Picon, 5e en planche RS:X, tout comme le duo Nicolas Charbonnier/Jérémie Mion en 470 Hommes.