Skip to Content

Monthly Archives: novembre 2012

French flair

Par

 

Pendant le Vendée Globe, les challengers de la prochaine Coupe de l’America ne relâchent pas.

Artemis a tiré ses premiers bords à San Francisco le 13 novembre – pas superstitieux les “Suédois“ !

 

L’aile d’Artemis est la seule à trois volets verticaux. © photo : Sander van der Borch/Artemis

 

Tandis qu’à l’autre bout du Pacifique, Luna Rossa a traversé pour la première fois le célèbre Hauraki Gulf.

 

 © photo : Carlo Borlenghi/Luna Rossa

 

Point commun à ces deux bateaux ? Un certain french flair.

 

Artemis a été dessiné par le cabinet du franco-argentin Juan Kouyoumdjian tandis que Luna Rossa est le sistership de Team New Zealand dessiné en partie par Guillaume Verdier et son équipe. Et ce sont deux Français, Loïck Peyron sur Artemis et Franck Cammas sur Luna Rossa qui ont eu la primeur de barrer ces merveilleuses machines…

 

Vendée Globe : qui a la cote ?

Par

 

Impossible de trouver en France un site de paris sportifs en ligne proposant de miser sur le vainqueur du Vendée Globe. Et donc de savoir qui présente la meilleure cote.

 

Mais nos amis anglo-saxons sont beaucoup plus joueurs que nous… Sur le site regattabet.com, vous pouvez parier sur l’America’s Cup, les Extreme Sailing Series, le circuit des RC44, l’European Tour des MOD 70 et, bien sûr, sur le Vendée Globe.

 

 

Pour le Vendée Globe, vous pouvez parier sur :

- le vainqueur

- si un coureur va terminer ou pas

- si plus ou moins de 12 bateaux seront à l’arrivée

- si le vainqueur mettra plus ou moins que les 84 jours 03 heures de Mich’ Desj’

- si le vainqueur aura plus ou moins 12 heures d’avance sur le deuxième

- si le dernier mettra plus ou moins de 120 jours pour boucler son tour

- et même (c’est moins sympa) qui sera le premier concurrent à abandonner

 

Pour le vainqueur, il est intéressant de voir qu’Armel Le Cléac’h est donné favori avec une cote de 3.04*, juste devant… François Gabart qui a une cote de 3.40. Le skipper de Macif devance Jean-Pierre Dick (4.25) et Vincent Riou (4.72). Marc Guillemot suit à 5.00 et Kito de Pavant à 14.17… A croire que les bookmakers britanniques se sont basés uniquement sur les architectes des bateaux puisqu’on retrouve les six plans VPLP/Verdier aux six premières places (ou six plus petites cotes).

 

Plus surprenant, Samantha Davies, sur son vieux plan Lombard de 2003, est donnée à la même cote de 28.33 que Jean Le Cam et Arnaud Boissières qui courent sur des plans Farr de 2007 !

 

De tous les concurrents que nous avons classés parmi les favoris et outsiders dans notre numéro spécial Vendée Globe, Mike Golding est celui qui offre la meilleure cote avec 42.50 (il n’est que 15e de ce classement !) pour une victoire, et encore 17.50 pour une place sur le podium. la grosse cote, quoi !

 

Enfin, Tanguy de Lamotte, Louis Burton, Bertrand de Broc, Alessandro di Benedetto et Zbigniew Gutkowski ont visiblement autant de chance de gagner les uns que les autres puisqu’ils ont tous la même cote de 85.00 !

 

* Une cote de 3.04 rapporte 3,04 fois la mise de départ. Exemple : si vous pariez 10 € sur Armel Le Cléac’h et qu’il gagne, vous revevez 30,40 €.

L’autre Vendée

Par

 

Le Vendée Globe soulève les foules. Près de 800 000 personnes sont déjà passées sur le village de la course. Un record d’affluence. Le public fait la queue avant l’ouverture pour accéder au ponton et pouvoir admirer ces drôles de machines qui doivent paraître bien complexe au promeneur profane.

 

Derrière le village, sur les parkings de la ville, on croise de tout. Des camping-cars, des caravanes, et même ce drôle d’hybride “camping-car / camping-boat“ baptisé La Petite Famille.

 

La question est de savoir si avec une telle surcharge, le bateau flotte toujours !

 

 

Humour anglais ? (2)

Par

 

Intéressant de lire le site du Vendée Globe en anglais.

 

L’interview d’Alex Thomson est titrée : « The French Favourites Won’t Finish »

 

Et Alex Thomson d’expliquer que les quatre nouveaux plans Verdier/VPLP de Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3), Vincent Riou (PRB), Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) et François Gabart (Macif) ne sont pas des bateaux fiables. Trop légers à son goût ! Qu’une majorité d’entre eux ne termineront pas la course. Et il ne serait pas surpris que ce soit un bateau de la génération précédente qui s’impose. Ça tombe bien, son Hugo Boss n’est autre que l’ex-BT de Sébastien Josse, un plan Farr de 2007.

 

« C’est une histoire de confiance. Sont-ils confiants dans leur bateau ? demande Alex Thomson à son interlocuteur. Je sais que beaucoup de monde ne croit pas dans ces bateaux. »

 

Et Thomson de rapporter à son tour une rumeur qui prétend qu’il ne faut pas marcher n’importe où sur le pont de PRB tant celui-ci est sous-dimensionné. Renseignement pris auprès de Vincent Riou, son pont est dimensionné comme ceux de Safran ou Virbac-Paprec 3. Mais il est juste plus précautionneux et demande aux visiteurs d’ôter leurs chaussures pour ne pas l’abîmer avec des petits poinçonnements…

 

Plus paradoxal dans son interview, Alex Thomson reconnaît que s’il avait eu le choix, il préférerait être à la barre d’un de ces bateaux qui sont quand même plus performants que le sien !

 

De la part de quelqu’un qui a longtemps traîné la réputation de casse-bateau, de chien fougueux qui ne sait pas ménager sa monture, cette déclaration de manque de fiabilité des VPLP/Verdier et son pronostic que les « Favoris Français Ne Finiront Pas » ne manque pas d’audace. Pour rappel, Alex Thomson n’a pas terminé une majorité des courses qu’il a disputées, dont ses deux participations au Vendée Globe.

 

 

De qui se moque-t-on ?

Par

 

L’annonce récente des nominés au titre de Marin de l’Année 2012, m’a soudainement rappelé que l’ISAF a également dévoilé il y a quelques semaines sa liste des marins susceptibles de décrocher le titre Rolex ISAF Sailor Of The Year.

 

Et si Franck Cammas, aujourd’hui en Nouvelle-Zélande à la barre de l’AC72 de Luna Rossa, fait logiquement partie des nominés par la Fédération Française de Voile pour sa victoire sur la Volvo Ocean Race, il ne l’est pas sur la liste ISAF. Pourquoi ?

 

Parce qu’il faut faire la demande (un peu comme la légion d’honneur !) et que personne ne l’aurait fait ni du côté de la Volvo Ocean Race ni du côté de Groupama, a-t-on entendu. Faux ! Cette demande a bien été déposée par Groupama.

 

Pourquoi donc alors ?

 

Un petit tour sur Internet permet de voir que, depuis la création en 1994 du titre de Marin de l’Année ISAF, tous les vainqueurs de la Whitbread/Volvo Ocean Race ont systématiquement été nominés. Grant Dalton (New Zealand Endeavour) en 1994, Paul Cayard (EF Language) en 1998, John Kostecki (Illbrück Challenge) en 2002, Mike Sanderson (ABN Amro One) en 2006 (titré) et Torben Grael (Ericsson 4) en 2009 (lui aussi titré). Tous donc, sauf Cammas ! Pourquoi ?

 

J’avoue que cette absence est assez incompréhensible.

 

On remarque également en épluchant la liste des 36 hommes et femmes titrés au cours des 18 premières années que 25 d’entre eux sont issus de la voile olympique. Et seulement deux Françaises ont reçu le tire de Marin ISAF de l’année, Isabelle Autissier en 1995 et Claire Leroy en 2007. Aucun Français ! La France et la course au large sont bien mal représentés…