Ah enfin ! Il était temps que ça bouge un peu de ce côté-là… Car sans toutes les petites histoires parallèles, les intox, les coups bas et les petits bras de fer, la Coupe de l’America ne serait pas la Coupe. Et pour l’instant, il faut bien avouer que c’était très calme en dehors des bassins. La désastreuse image de la bataille juridique Oracle/Alinghi aurait-elle anesthésié tout ce petit monde ?

 

Pour la première fois, deux AC72 (Luna Rossa et Team New Zealand) naviguent bord à bord à Auckland. Les deux challengers prennent une sérieuse avance dans leur préparation. © photo : Chris Cameron / Emirates Team New Zealand

 

C’est Luna Rossa qui vient d’allumer la première mèche en protestant, auprès du Jury International. En cause ? L’interprétation d’une des règles du 34e Protocole sur l’observation en navigation des autres concurrents. Plus précisément, des membres d’un syndicat ne sont pas autorisés à naviguer à moins de 200 mètres d’un bateau d’une autre équipe.

 

Jouant avec une magnifique mauvaise foi sur l’interprétation du verbe “naviguer“, certains membres du defender Oracle Team USA considèrent ainsi qu’ils peuvent se placer dans l’axe d’un AC72 et couper les moteurs. Lorsque l’AC72 italien arrive à hauteur, le semi-rigide américain ne “navigue“ plus. Et nos James Bond du dimanche de photographier, filmer et mesurer à moins de 200 mètres un certain nombre de choses du catamaran italien.

 

Une autre réclamation a été déposée par les juristes italiens concernant le calendrier 2013 des America’s Cup World Series. L’étape vénitienne d’avril a été annulée et remplacée par deux épreuves fin mai et début juin dans un port de la Côte Est des Etats-Unis, sans doute New York ou Newport. Cette modification du calendrier ayant été opérée sans l’accord des challengers, Luna Rossa considère que cela perturbe sa préparation à la Louis Vuitton Cup (4 juillet-1er septembre 2013).

 

Affaire à suivre…