Enfin, la 34e America’s Cup vient de débuter. Ou plutôt la 8e Louis Vuitton Cup, la série éliminatoire des challengers. Ou plutôt la non régate du premier Round Robin… Franchement, je n’avais jamais vu ça !

 

- Non, jamais vu une Coupe de l’America démarrer par une régate à un seul bateau ! De ce point de vue, c’était assez grotesque. Que les Américains changent les règles à une semaine de la compétition est une chose tout à fait contestable. Que les Italiens refusent de régater et privent des milliers de spectateurs et des millions de téléspectateurs dans le monde de la première régate de cette Coupe de l’America révolutionnaire en est une autre.

 

- Jamais vu non plus un bateau voler à 40 nœuds avec autant d’aisance sur l’eau. En moins de deux ans, les Kiwis ont réalisé ce qu’a fait l’Hydroptère en vingt-cinq ! Pas la même époque bien sûr, pas les mêmes technologies évidemment, et pas les mêmes moyens, bien que l’Hydroptère n’en a pas manqué à certains moments. Mais cette capacité à voler et à manœuvrer est véritablement impressionnante. Vivement les premiers duels et les batailles d’empannages…

 

Team New Zealand en plein vol lors du premier Round Robin de la Louis Vuitton Cup. Un spectacle unique au monde ! © photo : Gilles Martin-Raget / ACEA.

 

 

- Jamais vu aussi un décor aussi splendide pour accueillir la Coupe de l’America. Newport est certes une jolie petite ville de la Côte Est, mais les régates se déroulaient au large, à l’extérieur de la baie. Idem pour Fremantle. Les conditions étaient parfaites, mais le décor limité. Le Golfe d’Hauraki était superbe avec le volcan Rangitoto et la SkyTower d’Auckland derrière. Quant à Valence, inutile de s’étaler sur la question, ce n’était pas son point fort. Mais tout ça n’a rien à voir avec la baie de San Francisco. Le Golden Gate Bridge, Alcatraz et le centre-ville de San Francisco avec ses rues rectilignes qui descendent en escalier vers le front de mer forment un décor majestueux, à la hauteur de ces bateaux uniques au monde.

 

- Jamais vu enfin un tel amateurisme de la part des organisateurs qui décident d’annuler la veille au soir la retransmission par satellite de cette première régate avant de changer d’avis à une heure du coup d’envoi. Sans parler de l’absence de son d’ambiance qui ne permet même pas d’entendre les bruits du bateau, des marins, ni même du vent ou de la mer. Mais peut-être est-on trop exigeant…

 

La prochaine régate est prévue samedi 13 juillet à 21h (heure française). Espérons que d’ici là, le Jury International aura réglé le litige sur les safrans entre Luna Rossa et la Direction de Course afin d’assister (enfin) au premier match de cette 34e America’s Cup.