Skip to Content

Monthly Archives: septembre 2013

L’histoire ne retiendra que ça…

Par

Ce qui est magique avec le sport, et encore plus avec la Coupe de l’America, c’est que l’histoire ne retiendra que l’incroyable victoire d’Oracle Team USA pourtant au pied du mur et obligé de remporter 8 matchs de suite pour conserver l’aiguière d’argent.

 

Même en milieu de semaine, le public californien a répondu présent pour soutenir son équipe. © photo : Gilles Martin-Raget / ACEA

 

Aux oubliettes, la pauvreté de la Louis Vuitton Cup, les histoires de tricherie, de magouilles, de règles imposées à la dernière minute et autres coups bas intrinsèques à cette épreuve d’un siècle et demi.

 

Oui, l’histoire ne retiendra que ce morceau de bravoure de James Spithill et ses hommes, le couteau sous la gorge, mené 6-0 puis 8-1 avant de s’imposer 9-8. Même l’importance immense des ingénieurs et techniciens du defender tombera dans l’oubli. Et pourtant, quel rôle majeur a joué tout le design team d’Oracle dans cette victoire historique ! Transformant un bateau légèrement moins performant les premiers jours en un pur-sang capable de voler au près à plus de 31 nœuds !

 

Et que dire du rôle de Philippe Presti, coach 5 étoiles de James Spithill qui lui a rendu hommage au soir de leur première victoire ? Si ce n’est que notre Phiphi national est certainement le meilleur coach du monde de la voile…

 

Malheureusement, l’histoire ne retiendra que le score. Mais ceux qui ont suivi ou vécu cette 34e Coupe de l’America se souviendront, eux, de tout le reste. Une Coupe de l’America historique à tous points de vue et qui restera dans nos mémoires comme la plus folle de l’ère moderne de cette compétition…

 

Et pendant ce temps-là…

Par

Alors que la Coupe de l’America pourrait se terminer ce soir par la victoire prévisible de Team New Zealand, Franck Cammas se prépare à disputer la Petite Coupe de l’America à partir de dimanche à Falmouth (Angleterre).

 

© photo : Yvan Zedda / Groupama.

 

Ils seront une dizaine à participer au 26e ICCCC, l’International C Class Catamaran Championship, plus connu sous le nom de Little America’s Cup.

 

Créée en 1961, cette épreuve se dispute d’abord en flotte. Seule la finale reprend le format de match-racing de son illustre aînée.

 

Chez les Français, on suivra évidemment tout particulièrement Franck Cammas et Louis Viat sur leur Groupama C dessiné par… deviner qui ? Guillaume Verdier, l’architecte de l’AC72 de Team New Zealand bien sûr !

 

Mais aussi Challenge France, de Benjamin Muyl et Karine Fauconnier ainsi que l’équipage français de l’équipe suisse Team Hydros qui engage deux Class C (dessinés par VPLP) avec Jérémie Lagarrigue et Billy Besson, sacrés Champions du Monde F18 cet été (et Champion du Monde de Nacra 17 dans la foulée pour Billy), te les Néerlandais Bastiaan Tentij et Mischa Heemskerk.

 

Liste des inscrits :

- Team Hydros 1 (SUI) : Jérémie Lagarrigue / Billy Besson

- Team Hydros 2 (SUI) : Mischa Heemskerk / Bastiaan Tentij

- Challenge France (FRA) : Gurvan Bontemps / Gwénolé Gahinet

- Team Canada – Fill Your Hands (CAN) : Fred Eaton / Magnus Clarke

- Team Canada – Canaan (CAN) : Billy Gooderham / Christian Pavey

- Cogito Project – Aethon (USA) : Steve Clark / Olivier Moore

- Cogito Project – Cogito (USA) : Lars Guck / Max Kramers

- Groupama C (FRA) : Franck Cammas / Louis Viat

- Team Invictus (GBR) : Tom Phipps / Cedric Bader

- Team Cascais (POR) : Tony Castro /n.c.

- Team Sentient Blue – Alpha (ESP) : John Downey / Sito Aviles

 

 

Big Ben le sauveur ?

Par

On s’en doutait un peu. La liste d’équipage publiée ce soir le confirme. John Kostecki, le tacticien d’ Oracle Team USA est débarqué après 5 manches et remplacé ce soir par le quadruple Champion Olympique Ben Ainslie.

 

Ben Ainslie, le 7 mars 2013, jour où il fut anobli par la Reine d’Angleterre et qu’il devint Sir Ben Ainslie… © photo : Ben Ainslie Racing.

 

Du coup, sur les onze équipiers de l’AC72 du defender américain, il ne reste plus qu’un seul américain à bord !

 

Une véritable claque pour John Kostecki, pourtant le seul local de l’étape puisqu’il est originaire de San Francisco et devrait connaître la baie comme sa poche de ciré.

 

Mais, malgré les compétences indéniables du bonhomme, la multiplicité des erreurs tactiques sur les premiers matchs lui a coûté sa place. Russell Coutts et Larry Ellison n’ont certainement pas apprécié notamment la cinquième manche, mardi, perdue de plus d’une minute alors que les Américains menaient au passage de la porte sous le vent.

 

Mais en virant de bord juste après la bouée, Kostecki ne faisait qu’entamer un bord de près où il a tout tricoté à l’envers et laissé les Kiwis les doubler avec une facilité déconcertante.

 

Reste à savoir si John Kostecki était le seul maillon faible du bord. Car, il paraît difficile d’accuser le tacticien américain du manque de vitesse du defender au près, ni de ses virements bords moins bien exécutés que ceux des Néo-Zeds.

 

Réponse ce soir sur Canal+Sport à partir de 22h45…

 

Prémonitoire ?

Par

 

La Red Bull Youth America’s Cup s’est terminée mercredi par la victoire des… Néo-Zélandais !

 

© photo : Balazs Gardi / Red Bull Content Pool

 

Une double victoire même puisque les deux équipages kiwis, NZL Sailing Team (représentant de Team New Zealand) et Full Metal Jacket Racing, s’emparent des deux plus hautes marches du podium. Tandis que les deux équipages américains, American Youth Sailing Force et USA45 Racing (représentant d’Oracle Team USA) terminent respectivement 5e et… dernier !

 

Sans préjuger du scénario que nous prépare cette 34e Coupe de l’America, cette domination des kiwis en voile est assez hallucinante. On se demande même comment Franck Cammas et son équipage ont réussi à remporter la Volvo Ocean Race au nez et à la barbe des Néo-Zélandais. Un très mauvais souvenir pour Grant Dalton, interrogé par Benoît Heimermann dans L’Equipe de ce vendredi.

 

Quant aux Français de Next World Energy, ils terminent moins bien qu’ils n’avaient débuté. Deuxièmes au premier soir de régates, ils se classent finalement huitièmes sur dix… Dommage.

 

Young Guns !

Par

C’est une des révolutions de cette 34e America’s Cup. La Red Bull Youth America’s Cup se veut être un tremplin pour les jeunes qui rêvent de Coupe de l’America. Eh oui ! Malgré toutes les affaires juridiques, le plus vieux trophée sportif au monde fait encore rêver les jeunes…

 

L’idée est louable et les régates s’annoncent de belle intensité. L’ironie de l’histoire, c’est que Russell Coutts, le patron d’Oracle Team USA, et son milliardaire de Larry, pourraient bien être victimes de leurs propres créations.

 

Car c’est à cause de la jauge des AC45 en vue de cette Youth America’s Cup qu’ont été découvertes les tricheries sur les AC45 de l’équipe américaine (comme expliqué dans le post précédent). Cette bonne idée pourrait donc se retourner contre eux…

 

Double ironie de l’histoire, un autre élément pourrait se retourner contre les Américains. C’est le désormais fameux Article 60 du Protocole de la 34e America’s Cup. Article qui a pour objet de protéger la réputation de la Coupe de l’America. Or, cet article n’existait pas lors des éditions précédentes. Il n’existait pas non plus à l’annonce du nouveau Protocole en septembre 2010. Il a été rajouté en cours de route, par les Américains, en réaction aux nombreuses déclarations du patron de Team New Zealand, Grant Dalton, très critique à l’égard du Defender et surtout des organisateurs ces dernières années.

 

Et c’est à cause de cet Article 60 qu’Oracle Team USA pourrait être pénalisé. Sa tricherie avérée sur le circuit des AC45 pouvant altérer l’image de la Coupe de l’America !

 

Lundi et mardi dernier, deux membres du Jury ont interrogé seize personnes d’Oracle Team USA et cinq employés d’America’s Cup Race Management. Le Jury International a également entendu Oracle Team USA jeudi 29 août lors d’une audience pour faire la lumière sur cette affaire. Une décision devrait être rendue dans le week-end quant à la sanction à appliquer à l’équipe américaine, et une possible amende financière pour l’organisateur de la Coupe.

 

Affaire à suivre…