Ce qui est magique avec le sport, et encore plus avec la Coupe de l’America, c’est que l’histoire ne retiendra que l’incroyable victoire d’Oracle Team USA pourtant au pied du mur et obligé de remporter 8 matchs de suite pour conserver l’aiguière d’argent.

 

Même en milieu de semaine, le public californien a répondu présent pour soutenir son équipe. © photo : Gilles Martin-Raget / ACEA

 

Aux oubliettes, la pauvreté de la Louis Vuitton Cup, les histoires de tricherie, de magouilles, de règles imposées à la dernière minute et autres coups bas intrinsèques à cette épreuve d’un siècle et demi.

 

Oui, l’histoire ne retiendra que ce morceau de bravoure de James Spithill et ses hommes, le couteau sous la gorge, mené 6-0 puis 8-1 avant de s’imposer 9-8. Même l’importance immense des ingénieurs et techniciens du defender tombera dans l’oubli. Et pourtant, quel rôle majeur a joué tout le design team d’Oracle dans cette victoire historique ! Transformant un bateau légèrement moins performant les premiers jours en un pur-sang capable de voler au près à plus de 31 nœuds !

 

Et que dire du rôle de Philippe Presti, coach 5 étoiles de James Spithill qui lui a rendu hommage au soir de leur première victoire ? Si ce n’est que notre Phiphi national est certainement le meilleur coach du monde de la voile…

 

Malheureusement, l’histoire ne retiendra que le score. Mais ceux qui ont suivi ou vécu cette 34e Coupe de l’America se souviendront, eux, de tout le reste. Une Coupe de l’America historique à tous points de vue et qui restera dans nos mémoires comme la plus folle de l’ère moderne de cette compétition…