Le récit par Bernard Stamm du naufrage de Cheminées Poujoulat est terrifiant ! (à lire dans cette info à la hune)

 

Avec sa modestie habituelle et son sang froid, Bernard Stamm raconte l’effroyable mésaventure qu’il a vécue avec son équipier Damien Guillou. Et surtout leur sauvetage épique qui aurait pu très mal tourné. Heureusement, les deux hommes sont sains et saufs. Mais Bernard Stamm vient encore de perdre son 60 pieds. C’est la seconde fois de sa carrière, après son monocoque précédent, le plan Farr (ex-Virbac Paprec 2) détruit lors de l’échouage aux Kerguelen pendant le Vendée Globe 2008-09.

 

C’est d’autant plus dur pour le skipper suisse qu’il disposait enfin d’un bateau neuf et d’un budget de fonctionnement conséquent.

 

Forcément, des questions se posent suite à ce naufrage. La première n’est pas de savoir pourquoi les deux hommes se trouvaient au pire endroit au pire moment (bien qu’elle se pose aussi). Mais comment un 60 pieds Imoca peut casser en deux en retombant derrière une vague ? C’est effrayant !

 

A l’heure où l’Imoca vient de voter sa nouvelle jauge, espérons que des enseignements seront tirés de ce naufrage pour renforcer la structure de ces monocoques sensés pouvoir affronter les mers les plus hostiles du globe.

 

 

Architecte à succès sur la Volvo Ocean Race, Juan Kouyoumdjian n’a pas eu la même réussite en 60 pieds Imoca. Mais après l’accident tragique d’Artemis en mai dernier, celui de Cheminées Poujoulat cette semaine pose du coup la question de la fragilité des bateaux signés Juan K. Une remise en question à laquelle ne pourra échapper l’architecte franco-argentin. © photo : Thierry Martinez / Cheminées Poujoulat