Skip to Content

Monthly Archives: février 2014

Volvo Ocean Race : qui au départ ?

Par

A sept mois du départ d’Alicante le 11 octobre prochain, les inscriptions ne sont toujours pas bouclées pour la 12e édition du tour du monde en équipage avec escales. Et ne cherchez pas sur le site officiel français de la course, plutôt mal fait malheureusement, vous ne trouverez pas de liste des équipes inscrites comme cela se fait dans toutes les autres courses ! (Seulement sur la version anglaise pour l’instant !)

 

Vous n’y trouverez qu’une succession de news, un petit topo sur le monotype Volvo Ocean 65 et une carte du parcours qui, à peu de choses près, est le même qu’il y a trois ans lors de la victoire de Groupama.

 

La grande nouveauté – ou plutôt la révolution – de cette douzième édition est donc le passage à la monotypie, plus de 40 ans après le premier tour du monde de cette course alors appelée Whitbread. Cette monotypie permet à des équipages de s’inscrire tardivement. D’autant que c’est l’organisateur qui gère la construction des bateaux et que, selon certaines rumeurs, il serait prêt à louer à bon prix les derniers monotypes afin d’assurer une flotte conséquente.

 

Et comme la Volvo Ocean Race avait prévu de construire sept monotypes pour la prochaine édition, il peut donc y avoir jusqu’à sept équipes au départ. Mais qui ?

 

1) Team SCA a été le premier à s’inscrire. Cette équipe 100% féminine n’a toujours pas annoncé le nom de son skipper, même si Sam Davies semble la mieux placée pour mener cet équipage. La Suissesse Justine Mettraux, deuxième de la dernière Mini Transat, fait partie des dernières recrues de l’équipage qui dispose du premier monotype depuis septembre dernier.

 

2) Abu Dhabi Racing Team est de retour pour la deuxième fois. Le passage à la monotypie a décidé son skipper britannique Ian Walker de repartir pour une nouvelle aventure après la contre-performance de la dernière édition (5e).

 

3) L’équipe chinoise Dongfeng Race Team, dirigée par Bruno Dubois, vient d’annoncer que Charles Caudrelier mènerait cet équipage international qui comptera également quelques Chinois à bord. Contrairement au Team Sanya de Mike Sanderson en 2011, cette nouvelle équipe chinoise aura, grâce à la monotypie, les moyens de rivaliser avec ses adversaires.

 

4) Les Pays-Bas, vainqueurs de l’édition 2005-06 avec ABN Amro, sont de retour à la compétition. Bouwe Bekking (6 participations à son compteur) sera à la barre de Brunel. C’est la troisième fois que cette société néerlandaise sponsorise un projet sur la Volvo Ocean Race (8e sur 10 en 1998 avec Hans Bouscholte et Roy Heiner, 7e et dernier en 2006 avec Grant Wharington).

 

5) Le dernier inscrit est l’équipage d’Alvimedica. Un sponsor turque pour un équipage essentiellement américain skippé par un jeune inconnu, Charlie Enright.

 

6) Le sixième inscrit, pas encore officiel, pourrait être Team new Zealand. A la télévision néo-zélandaise, Grant Dalton n’a pas caché qu’il cherchait les moyens de financer une deuxième participation de TNZ à ce tour du monde. D’autant que la deuxième place en 2012 derrière Groupama lui est restée en travers de la gorge et a été vécue comme un échec.

 

7) Reste un septième et dernier Volvo Ocean 65 qui sera mis à l’eau l’été prochain, quelques mois seulement avant le départ de la course. Sera-t-il au départ ? Et avec quel équipage ? Fort de la victoire de Groupama et du succès de l’étape lorientaise, la France est dans les petits papiers des organisateurs. Knut Frostad, son patron, aimerait qu’une nouvelle équipe française s’aligne au départ. Un projet qui pourrait très bien convenir au Team France annoncé au dernier Salon. Si Franck Cammas, vainqueur en titre, a déjà un planning bien chargé (Extreme 40, Nacra 17, Tour de France à la Voile), Michel Desjoyeaux ferait quant à lui parfaitement l’affaire… A condition de trouver un minimum de budget.

 

 

Tous en Extreme !

Par

En attendant la reprise des America’s Cup World Series l’année prochaine (ou peut-être même dès la fin d’année), trois potentiels challengers de la prochaine America’s Cup viennent (ou reviennent) renforcer la flotte des Extreme 40 dont la 8e saison démarre ce week-end à Singapour.

 

Emirates Team New Zealand, toujours skippé par Dean Barker, JP Morgan BAR du déjà légendaire – à 37 ans ! – Ben Ainslie ainsi que le Groupama Sailing Team de Franck Cammas (initiateur du Team France annoncé au dernier Salon Nautique) tenteront d’ébranler la suprématie de Leigh McMillan et de son équipage de The Wave, Muscat, vainqueurs des deux dernières saisons.

 

Huit autres équipes, dont Alinghi (Ernesto Bertarelli), 2e de la saison 2013, complèteront cette flotte de douze Extreme 40 qui disputeront huit Grand Prix à travers le monde.

 

Et pour ce week-end, on annonce des conditions musclées et du spectacle dans la cité-état d’Asie du Sud-Est.

 

Calendrier des Extreme Sailing Series 2014:

Singapour : 21-23 février

Muscat (Oman) : 19-22 mars

Qingdao (Chine) : 1er- 4 mai

Saint-Petersburg (Russie) : 26-29 juin

Cardiff (Grande-Bretagne) : 22-25 août

Istanbul (Turquie) : 11-14 septembre

Un port méditerranéen (Nice ?) : 2-5 octobre

Sydney (Australie) : 11-14 décembre

 

Canal+Sport diffusera en différé samedi soir et dimanche soir deux programmes de 1h30 des régates des deux derniers jours.

 

Alinghi devant l’impressionnant décor de grattes-ciel de Singapour lors de l’édition 2013… © photo : Lloyd Images / OC Sport DME

 

America : plusieurs villes candidates

Par

Le protocole de la 35e édition sera dévoilé le mois prochain. Mais une information de taille manquera : le lieu de la prochaine America’s Cup. Les organisateurs se donnent jusqu’à juillet pour choisir le site de la 35e Cup. En plus de San Francisco, d’autres villes (ou île) américaines se sont déclarées intéressées pour accueillir cet événement planétaire : San Diego, Long Beach (Californie), Newport et Hawaii.

 

En attendant, le 35e Protocole devrait révéler la nouvelle jauge. Les catamarans ailés font toujours l’unanimité. Mais leurs tailles pourraient être ramenées de 72 à 65 ou 60 pieds pour des raisons économiques. Pete Melvin, déjà auteur des règles de jauge des AC72, travaille avec tout son cabinet Morelli/Melvin à la rédaction de la nouvelle jauge, en concertation avec le defender et le challenger of record, mais aussi avec les jaugeurs et les organisateurs.

 

Si tout le monde semble également d’accord sur le retour d’une règle de nationalité, ou du moins d’une dose de nationalité, personne ne sait encore si ce sera effectivement le cas.

 

Enfin, les America’s Cup World Series se disputeront à nouveau en AC45, peut-être dotés de foils pour les faire voler comme leurs grands frères de 72 pieds. Le premier ACWS pourrait se tenir dès cette année aux Etats-Unis – on parle de San Diego en octobre ou novembre.

 

Cap sur le Vendée Globe 2016

Par

La nouvelle jauge IMOCA publiée avant Noël, c’est maintenant l’heure d’annoncer les premiers projets pour la huitième édition du Vendée Globe.

 

Les deux premiers à dégainer l’ont fait conjointement pour annoncer leur association afin de construire deux sister-ships (sur plan VPLP/Verdier bien sûr !).

 

Armel Le Cléac’h, deux fois deuxième des deux derniers Vendée Globe, prendra la barre de Banque Populaire VIII.

 

De son côté, Safran 2 sera barré non plus par Marc Guillemot (qui conserve un rôle dans le team) mais par Morvan Lagravière. Troisième de la Solitaire 2013, le Champion de France Course au large 2012 ne manque pas de talent. Sa progression fulgurante en Figaro en est la preuve. Mais l’annonce de sa participation au prochain Vendée peut surprendre quand on sait qu’il n’a pas encore traversé l’Atlantique !

D’autant qu’on attendait plutôt Charles Caudrelier, le fidèle second, pour succéder à Marco à la barre de Safran. Mais c’est une habitude chez Safran de prendre tout le monde à contrepied. Déjà en 2006, lorsque Sébastien Josse, Karine Fauconnier et Marc Guillemot s’étaient retrouvés en finale des sélections, on imaginait aisément le choix se porter sur Josse qui venait d’enchaîner deux tours du monde impressionnants (5e du Vendée Globe avec un vieux bateau et 4e de la Volvo Ocean Race avec un sauvetage épique de l’équipage de Movistar). Mais c’est finalement Marc Guillemot, spécialiste à l’époque du multicoque, qui avait été retenu…

 

En 2016, on retrouvera Sébastien Josse une troisième fois au départ du Vendée Globe, à la barre d’un (nouveau ?) Gitana 16. Bien que l’écurie du baron Benjamin de Rothschild n’ait pas encore tranché entre  construire un nouveau bateau ou racheter et transformer un ancien, on pencherait plutôt pour la première solution afin de répondre au mieux à la nouvelle jauge IMOCA.

 

Idem pour Alex Thomson, le skipper d’Hugo Boss, qui collectionne les 60 pieds IMOCA. Après son plan Lombard (ex-Sill de Roland Jourdain), avec lequel il avait abandonné le Vendée Globe 2004 en Afrique du Sud ; après son plan Finot-Conq (2007) éperonner en 2008 par un chalutier trois semaines avant le départ de la 6e édition du Vendée Globe ; après son plan Kouyoumdjian (ex­-Pindar de Brian Thompson) avec lequel il termine deuxième de la Transat Jacques Vabre 2011 ; après son plan Farr (ex-BT de Sébastien Josse) avec lequel il monte sur le podium du dernier Vendée… Alex Thomson s’est offert l’année dernière un plan VPLP-Verdier de dernière génération (l’ex-Virbac Paprec 3 de Jean-Pierre Dick). Pour autant, le Britannique pourrait bien se faire construire un nouveau bateau – son sixième monocoque IMOCA en dix ans ! – en vue du prochain Vendée Globe. Car une chose est sûre : Alex veut être le premier étranger à remporter ce tour du monde en solitaire, et il s’en donne les moyens…