La nouvelle jauge IMOCA publiée avant Noël, c’est maintenant l’heure d’annoncer les premiers projets pour la huitième édition du Vendée Globe.

 

Les deux premiers à dégainer l’ont fait conjointement pour annoncer leur association afin de construire deux sister-ships (sur plan VPLP/Verdier bien sûr !).

 

Armel Le Cléac’h, deux fois deuxième des deux derniers Vendée Globe, prendra la barre de Banque Populaire VIII.

 

De son côté, Safran 2 sera barré non plus par Marc Guillemot (qui conserve un rôle dans le team) mais par Morvan Lagravière. Troisième de la Solitaire 2013, le Champion de France Course au large 2012 ne manque pas de talent. Sa progression fulgurante en Figaro en est la preuve. Mais l’annonce de sa participation au prochain Vendée peut surprendre quand on sait qu’il n’a pas encore traversé l’Atlantique !

D’autant qu’on attendait plutôt Charles Caudrelier, le fidèle second, pour succéder à Marco à la barre de Safran. Mais c’est une habitude chez Safran de prendre tout le monde à contrepied. Déjà en 2006, lorsque Sébastien Josse, Karine Fauconnier et Marc Guillemot s’étaient retrouvés en finale des sélections, on imaginait aisément le choix se porter sur Josse qui venait d’enchaîner deux tours du monde impressionnants (5e du Vendée Globe avec un vieux bateau et 4e de la Volvo Ocean Race avec un sauvetage épique de l’équipage de Movistar). Mais c’est finalement Marc Guillemot, spécialiste à l’époque du multicoque, qui avait été retenu…

 

En 2016, on retrouvera Sébastien Josse une troisième fois au départ du Vendée Globe, à la barre d’un (nouveau ?) Gitana 16. Bien que l’écurie du baron Benjamin de Rothschild n’ait pas encore tranché entre  construire un nouveau bateau ou racheter et transformer un ancien, on pencherait plutôt pour la première solution afin de répondre au mieux à la nouvelle jauge IMOCA.

 

Idem pour Alex Thomson, le skipper d’Hugo Boss, qui collectionne les 60 pieds IMOCA. Après son plan Lombard (ex-Sill de Roland Jourdain), avec lequel il avait abandonné le Vendée Globe 2004 en Afrique du Sud ; après son plan Finot-Conq (2007) éperonner en 2008 par un chalutier trois semaines avant le départ de la 6e édition du Vendée Globe ; après son plan Kouyoumdjian (ex­-Pindar de Brian Thompson) avec lequel il termine deuxième de la Transat Jacques Vabre 2011 ; après son plan Farr (ex-BT de Sébastien Josse) avec lequel il monte sur le podium du dernier Vendée… Alex Thomson s’est offert l’année dernière un plan VPLP-Verdier de dernière génération (l’ex-Virbac Paprec 3 de Jean-Pierre Dick). Pour autant, le Britannique pourrait bien se faire construire un nouveau bateau – son sixième monocoque IMOCA en dix ans ! – en vue du prochain Vendée Globe. Car une chose est sûre : Alex veut être le premier étranger à remporter ce tour du monde en solitaire, et il s’en donne les moyens…