Skip to Content

Monthly Archives: juin 2014

Drôle de Solitaire !

Par

Il ne faisait pas bon être Normand sur la troisième étape de la Solitaire du Figaro cette année. Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012), Joan Ahrweiller (Région Basse Normandie) et Claire Pruvot (Port de Caen-Ouistreham) ont tous les trois abandonné cette très longue étape entre Roscoff et Les Sables d’Olonne.

 

Il ne fait pas bon non plus être leader cette année. Yann Eliès (Groupe Queguiner – Leucémie Espoir), premier vrai leader de la première étape a démâté au passage de Wolf Rock alors qu’il était en tête.

 

Alexis Loison (Groupe Fiva), vainqueur de cette première étape à Plymouth, s’enfonce doucement au classement général (5e) après une 7e place à Roscoff et une 11e place aux Sables. Il reste néanmoins en course pour la victoire finale à 51 minutes du leader.

 

Fabien Delahaye, leader du général au départ de cette troisième étape, casse son bas-hauban avant le départ, et abandonne finalement l’étape – et donc le classement général !

 

Espérons que Jérémie Beyou (Maître Coq), nouveau leader aux Sables d’Olonne, mette un terme à cette mauvaise loi des séries.

 

Comme on espère que les avaries de gréement, trop nombreuses cette année sur les Figaro, cessent pour que le suspense reste entier jusqu’à Cherbourg, terme de la quatrième et dernière étape.

 

Après plus de dix ans de bons et loyaux services, les Figaro Bénéteau II, loués pour leur robustesse, semblent montrer quelques signes de faiblesses au niveau des gréements. Yann Eliès l’a découvert à ses dépens, le privant d’une éventuelle troisième victoire d’affilée. Une troisième victoire que Jérémie Beyou est bien parti pour accrocher et ainsi peut-être rejoindre le club très fermé des triples vainqueurs aux côtés de Philippe Poupon, Jean Le Cam et Michel Desjoyeaux. Réponse à Cherbourg en milieu de semaine prochaine…

 

AC35 : combien de challengers ?

Par

Si la 34e America’s Cup restera comme celle du plus grand come-back de l’histoire du sport en général avec la remontée fantastique d’ Oracle Team USA, mené 8-1 par Team New Zealand et qui s’impose finalement 9-8, il ne faut pas oublier que sans ce scénario hallucinant, ces bateaux qui volent à 40 nœuds et une production audiovisuelle inégalée, cette 34e édition aurait pu tourner au fiasco ! Notamment d’un point de vue sportif avec une 8e et dernière Louis Vuitton Cup pathétique… Trois challengers seulement (ce qui n’était plus arrivé depuis 1970 !) dont un, Artemis, qui n’a pas participé aux Round Robin !

 

Comment éviter qu’un tel scénario se reproduise pour la 35e édition ?

D’abord en réduisant les coûts afin d’attirer plus d’équipes. Les futurs AC62, de 10 pieds plus petits que les AC72, devraient coûter moitié moins cher à construire selon Russell Coutts, le grand patron de la Coupe. En réduisant l’équipage de 11 à 8, et en limitant le nombre de jours d’entraînement, la masse salariale (partie la plus importante d’un budget Coupe) est également réduite.

 

D’un autre côté, Russell Coutts souhaite que les équipes qui participent aux America’s Cup World Series en AC45 soient sûres de participer aux America’s Cup Qualifier ( ACQ, ex-Louis Vuitton Cup ), pour ne plus se retrouver avec une douzaine d’équipes aux World Series et seulement trois à la Louis Vuitton Cup. Du coup, il impose la période d’inscription la plus courte de l’histoire de la Coupe – seulement deux mois depuis ce lundi ! Et des droits d’inscriptions très élevés, donc sélectifs : 2 075 000 $ très précisément ! (1M$ dès l’inscription + 25 000 $ pour le site Internet + 50 000 $ pour ACPI afin de protéger la marque America’s Cup + 1M$ avant le 1er novembre).

Une sacrée somme pour les challengers potentiels, d’autant plus compliquée à trouver aussi vite qu’on ne sait même pas quand exactement ni où aura lieu la prochaine édition ! En 2017 c’est sûr (mais quel mois ?) et dans l’une des quatre villes retenues dans la short list : San Francisco, San Diego, Chicago et les Bermudes. Au passage, il faudra juste que Russell nous explique comment il a pu conserver Chicago dans sa liste puisque, selon le Deed of Gift qui régit la Coupe de l’America depuis 1887, celle-ci ne peut être organisée que sur la mer ou un bras de mer. Ce qui avait obligé Alinghi à organiser la 32e édition à Valence en Espagne plutôt qu’en Suisse ! On attendra mi-décembre pour connaître la ville et le calendrier précis…

 

Dans ces conditions, pour l’instant seuls deux challengers semblent assurer de pouvoir participer : Artemis (Suède) et Luna Rossa (Italie), les deux challengers de la dernière édition qui sont financés par des milliardaires, Torbjorn Tornqvist (fortune dans le pétrole) pour Artemis et Patrizio Bertelli (patron de Prada) pour Luna Rossa. Il est fort probable que Team Australia, le challenger of record, en soit aussi puisque créé par un autre milliardaire, Bill Oatley (fortune dans le vin). Mais le propriétaire des célèbres Wild Oats a déclaré fin 2013 qu’il n’y mettrait pas sa fortune et qu’il comptait financer son équipe avec des sponsors. A suivre, donc ! Enfin, si on ne peut imaginer une Coupe de l’America sans Team New Zealand, Grant Dalton a émis des réserves sur leur participation. Espérons que ce soit juste stratégique…

 

A ces quatre premiers challengers attendus (les trois de la dernière + le challenger of record australien) pourraient s’ajouter plusieurs autres équipes actuellement dans les tuyaux. A commencer par le team britannique du quadruple champion olympique Ben Ainslie, Ben Ainslie Racing (BAR), qui doit annoncer fin juin son équipe, et donc peut-être son financement. Une équipe chinoise serait indirectement soutenue par Larry Ellison, peut-être par le biais d’une coopération des design team. Une équipe russe, financée par Gazprom est également en gestation, tout comme une équipe japonaise. Sans oublier évidemment Team France du trio Franck Cammas / Michel Desjoyeaux / Olivier de Kersauson, à qui l’on souhaite évidemment de trouver rapidement tout ou partie de son budget de fonctionnement.

 

Au total, il y aurait donc neuf challengers potentiels pour la prochaine Coupe de l’America. Et comme les inscriptions se terminent le 8 août, on va vite savoir qui aura les moyens de jouer…

 

35e Protocole : Yes They Can !

Par

En mai 2007, Oracle BMW Racing était éliminé en demi-finales de la Louis Vuitton Cup par Luna Rossa.  Une sortie par la petite porte pour l’équipe la plus fortunée de la Coupe mais mal gérée par l’omnipotent Chris Dickson, le Dr Jeckyll de la voile, à la fois directeur du team, directeur sportif, skipper, barreur, porte-parole robotisé et redresseur de torts. Trois mois plus tard, en juillet, Larry Ellison avait été le premier à critiquer le nouveau Protocole pondu par Alinghi et largement avantageux pour le defender suisse. On connaît les suites judiciaires de cette affaire…

 

Sept ans après, désormais double détenteur de l’aiguière d’argent, Larry Ellison, par l’intermédiaire de son nouvel homme fort Russell Coutts, vient de dévoiler le Protocole de la 35e édition de la Coupe de l’America qui aura lieu en 2017. Et, ô surprise, on a l’impression de relire le Protocole d’Alinghi ! Que reprochait-on principalement aux Suisses ? Notamment d’avoir créé un circuit préparatoire, les Louis Vuitton Acts, dont le classement compterait pour les éliminatoires des challengers et auquel le defender pouvait prendre part, et donc influer sur ledit classement.

 

Et que trouve-t-on aujourd’hui dans le nouveau Protocole ? Des America’s Cup World Series en AC45 auxquels participera le defender américain et dont le classement déterminera directement les demi-finales des challengers ! N’en jetez plus, la Coupe (de l’America) est pleine ! Ce qui nous ramène au vieil adage : la Coupe, il faut d’abord la gagner puis en changer les règles pour la conserver ! Pour l’instant, Grant Dalton, le patron de Team New Zealand, est le seul qui, malgré ses airs d’instructeur GI’s, n’a jamais accepté de rentrer dans le rang. Il critiquait déjà le Protocole de la dernière Coupe de l’America. Et il a été le premier à déclarer qu’avec ce nouveau Protocole, la Coupe sera de plus en plus difficile à remporter…

 

Autre merveille de ce nouveau Protocole, les challengers sont invités à s’inscrire dans un délai ultra serré (entre le 9 juin et le 8 août !) et pour cela à régler plus de 2 millions de $ d’inscription sans savoir où ni quand exactement en 2017 aura lieu la 35e America’s Cup ! Pour le savoir, ils devront patienter jusqu’au mois de décembre…