Vendredi, ACEA, l’organisateur de la Coupe, envoyait un communiqué pour une conférence de presse le 2 décembre afin d’annoncer le site de la 35e America’s Cup. Quasi simultanément, l’agence américaine Associated Press (AP) lui coupait l’herbe sous le pied en affirmant que la prochaine édition aurait lieu aux Bermudes plutôt qu’à San Diego.

 

Grâce à une source aux Bermudes proche du dossier, l’agence de presse confirme ainsi des rumeurs qui plaçaient depuis plusieurs semaines les Bermudes en tête de la course pour accueillir l’America’s Cup 2017.

 

Après les deux délocalisations espagnoles des 32e et 33e éditions organisées par les Suisses d’Alinghi, cette 35e édition serait la troisième en 160 ans d’histoire à se dérouler en dehors du pays détenteur de l’aiguière d’argent.

 

Une nouvelle qui ne réjouit pas forcément les futurs challengers. Si le décalage horaire – 5 heures au lieu de 9 heures avec San Diego – est plus intéressant pour les équipes européennes (Team France, Luna Rossa, Ben Ainslie Racing et Artemis), il l’est beaucoup moins pour Team New Zealand – 7 heures de décalage au lieu de 3 heures. Sans parler de la différence de coût pour la logistique entre San Diego et les Bermudes où tout est beaucoup plus cher qu’en Europe ou aux Etats-Unis, et notamment les logements.

 

Pendant ce temps-là, Luna Rossa, nouveau challenger of record, a obtenu quelques modifications substantielles dans le Protocole. A commencer par les frais d’inscription. Le deuxième chèque de 1 million $, à verser avant le 1er décembre, se découpe désormais en deux versements de 100 000 $ (1er décembre) et 900 000 $ (1er mai 2015). De même, la caution de 1 million $, est elle aussi reportée du 1er décembre au 1er mai. Ce qui arrange certainement les affaires de plusieurs challengers, dont Team France, toujours à la recherche de son budget de fonctionnement.