A l’ère des GPS et des cartographies électroniques, on pourrait croire que ce genre de mésaventure n’arrive plus qu’à des marins solitaires épuisés qui se sont endormis à l’approche d’une côte – à l’instar d’Yvan Bourgnon au Sri Lanka sur son petit catamaran de sport !

 

Eh bien non ! Un équipage professionnel, en course, sur l’une des épreuves les plus prestigieuses au monde, la Volvo Ocean Race, vient d’être victime d’un échouement*. L’équipe danoise Team Vestas Wind s’est échouée la nuit dernière sur un récif dans l’Océan Indien, à 400 km au nord de l’île Maurice, sur les hauts fonds de Saint-Brandon constitués de quelques îles et d’une grande barrière coralliennes.

 

 

 

Vue satellite des hauts fonds de Saint-Brandon. © photo : Google Earth

 

Mais comment ont-ils fait pour s’échouer ? Ils ne se sont pas tous endormis quand même ! Erreur du navigateur ? Du chef de quart ? Du barreur ? Ou bien est-ce un problème électronique ? Une erreur de positionnement du GPS ? Des cartes électroniques approximatives ? Le saura-t-on ?

 

 

 Ça ressemble à un petit paradis, mais les équipiers de Team Vestas Wind ne garderont pas cette image-là de l’archipel Saint-Brandon, dans l’Océan Indien. © photo : Google Earth

 

L’équipage, sain et sauf, a été récupéré par les gardes côtes et va désormais tenter de sauver le bateau, ou ce qu’il en reste (voir notre photo à la hune). Triste fin de course en tout cas pour cette équipe inscrite de dernière minute et skippée par le vétéran australien Chris Nicholson qui participait à sa cinquième Volvo Ocean Race. On aurait pu craindre les pirates sur cette deuxième étape Le Cap/Abu Dhabi, le danger était ailleurs pour l’équipage danois contraint d’abandonner cette course autour du monde.

 

 

 

* L’occasion de rappeler la différence entre échouage et échouement. Le premier est volontaire (c’est le cas de nombreux bateaux sur nos côtes deux fois par jour), le second est accidentel.