Skip to Content

Monthly Archives: mai 2015

Louis Vuitton de retour dans la Coupe !

Par

C’est une histoire d’amour qui dure depuis plus de 30 ans. Avec ses hauts et ses bas. Ses engueulades et ses rabibochages. Mais cette love story entre Louis Vuitton et l’America’s Cup va se prolonger au moins jusqu’en 2017… et une 9e édition de la Louis Vuitton Cup.

 

C’est ce que vient d’annoncer ACEA (America’s Cup Event Autorithy) dirigée par le quadruple vainqueur de la Coupe, Russell Coutts. Le Néo-Zélandais ne donne évidemment pas le détail financier du contrat, bien qu’il semble inférieur à la dernière édition à San Francisco en 2013. Pour mémoire, cette dernière Louis Vuitton Cup fut un véritable fiasco sportif avec seulement trois challengers dont un, Artemis Racing, qui n’avait pas participé aux Round Robin…

 

L’aiguière d’argent et son célèbre écrin devant la toute nouvelle Fondation Louis Vuitton dans le bois de Boulogne. © photo : Koto Bolofo / Louis Vuitton Malletier

 

Bien que des rumeurs couraient depuis quelques temps, cette annonce reste une vraie surprise tant les liens entre Vuitton et la Coupe s’étaient distendues depuis une dizaine d’années. D’abord avec ACM dont Louis Vuitton n’avait pas apprécié l’approche mercantile et un brin totalitaire de la 32e édition à Valence en 2007. Il avait fallu toute l’influence d’Yves Carcelle, alors P-D.G de Louis Vuitton, pour revenir flirter avec la vieille dame à San Francisco en 2013, malgré l’avis contraire de Bernard Arnault, le grand patron de LVMH.

 

Le décès d’Yves Carcelle l’an dernier semblait définitivement clore cette belle histoire d’amour. D’autant que les relations entre Carcelle et Michael Burke, son successeur au poste, n’étaient pas des plus cordiales. Sans parler des nombreuses polémiques qui polluent l’environnement de la Coupe depuis la dernière édition : choix contesté des Bermudes, un paradis fiscal de 60 000 habitants ; réduction récente de la taille des bateaux de 62 à 48 pieds, etc.

 

Beaucoup de voix s’élèvent pour dire que la Coupe de l’America n’est plus ce qu’elle était. Peut-être que le retour de Louis Vuitton va sauver un brin de tradition qui fait aussi toute la splendeur de cette épreuve à nulle autre pareille.

 

En attendant, les crânes d’œuf d’ACEA et de Vuitton ont dû phosphorer grave pour rebaptiser les épreuves avec des noms alambiqués qui vont donner des migraines aux fans de twitter. Ainsi, les America’s Cup World Series – déjà un nom assez long ! – sont rebaptisés les Louis Vuitton America’s Cup World Series (ouf !), tandis que la Louis Vuitton Cup – un nom associé aux éliminatoires des challengers et qui parle à tous les voileux – est remplacée par les Louis Vuitton America’s Cup Qualifiers et Louis Vuitton America’s Cup Playoffs. Enfin, l’America’s Cup Match devient l’America’s Cup Match presented by Louis Vuitton… Allez, champagne !

 

 

Le circuit qui décolle !

Par

Huit équipes, cinq étapes dans des villes prestigieuses, et des nouvelles équipes de renom ! Le Bullit GC32 Racing prend une nouvelle dimension cette année. C’est inévitable, l’avenir de la voile de compétition est aux bateaux qui volent…

 

Encore au stade du balbutiement l’an dernier, le circuit des petits catamarans volants GC32 commence à attirer quelques grandes équipes, dont Spindrift Racing, Alinghi et Oman Sail… Ces deux dernières équipes ont notamment sillonné le circuit des Extreme 40. Oman Sail continuera (pour combien de temps ?) à disputer les deux compétitions. Va-t-il y avoir un effet de vases communicants entre les deux circuits ces prochaines années ?

 

Avec le Team ENGIE (ex-GDF Suez) des deux Sébastien (Rogues et Col), le Team ZouLou d’Erik Maris, un habitué du D35 et de l’Extreme 40 et l’arrivée du Spindrift Racing de Yann Guichard, la France est la mieux représentée des cinq nations présentes sur ce nouveau circuit.

 

Par son budget réduit, sa facilité de transport et sa capacité à produire des régates spectaculaires avec des catamarans volants, ce circuit pourrait bien devenir l’antichambre de la Coupe de l’America.

 

Première étape en Autriche la semaine prochaine, sur le lac Traunsee, avant d’aller à Cowes, Kiel, Rome et Marseille…

 

 

Trois GC32 en vol lors du Test Event de Marseille fin avril. © photo : Sander van der Borch (Bullit GC32 Racing).

 

Equipes engagées :

- Alinghi (SUI) : Ernesto Bertarelli / Morgan Larson

- Armin Strom Sailing Team (SUI) : Flavio Marazzi / Chris Draper

- Spindrift Racing (FRA) : Yann Guichard

- Sultanate of Oman (OMA) : Leigh McMillan

- Team Argo 32 (USA) : Jason Caroll

- Team ENGIE (FRA) : Sébastien Rogues / Sébastien Col

- Team SPAX Solution (NED) : Laurent Lenne

- Team ZouLou (FRA) : Erik Maris

 

Circuit 2015 du Bullit GC32 Racing :

- Austria Cup : 27-31 mai à Traunsee (Autriche)

- Cowes Cup : 24-27 juin

- Kiel Cup : 30 juillet – 2 août

- Rome Cup : 27-30 août

- Marseille One Design : 30 septembre – 3 octobre

 

 

A quand un Vendée Globe en multi ?

Par

Quatre nouveaux maxi-trimarans construits en l’espace de quatre ans, voilà enfin le renouveau tant attendu des multicoques depuis la disparition des Orma en 2008 et le fiasco malheureux des MOD 70 qu’on connaît. A noter que malgré la crise, c’est finalement vers le gigantisme que les skippers et leurs sponsors se tournent pour créer l’événement. De 18 mètres (Orma), on est passé à 21 mètres (MOD 70) et maintenant à plus de 31 mètres avec cette nouvelle génération baptisée les Maxi-Solo…

 

Thomas Coville a mis à l’eau l’année dernière le premier de cette nouvelle génération avec Sodebo Ultim’, une renaissance du trimaran d’ Olivier de Kersauson, Geronimo, dont il n’a gardé que les bras et 2/3 des flotteurs.

 

Cette année, c’est évident le Macif 2 de François Gabart qui sera la grande attraction de l’été.

 

Et dans deux ans, verront le jour Banque Populaire IX et Gitana 16 17. En attendant d’autres nouveaux Maxi-Solos. Spindrift 3 ? Un projet Engie (ex-GDF Suez) ?

 

Avec les anciens maxi-trimarans, dont certains restent très compétitifs, cela va faire une jolie flotte et forcément relancer le projet d’un équivalent de Vendée Globe, mais en multicoque.

En janvier 2008, Pen Duick avait annoncé le projet de ce tour du monde en solitaire en multicoque avec le Brest Ultime Challenge, prévu pour 2011. Ce sera peut-être pour 2019 avec qualification sur la Route du Rhum 2018 ?

 

Liste chronologique des trimarans qui pourraient participer à la future course autour du monde en solo :

 

Idec 3 (ex-Groupama 3, BP VII) (2006) : Francis Joyon

Sodebo 2 (2007) : à vendre

Ex-Idec Sport (2007) : Guo Chuan

Spindrift 2* (ex-Banque Populaire V) (2008) : Yann Guichard

Sodebo Ultim’ (ex-Geronimo) (2014) : Thomas Coville

Macif 2 (2016) : François Gabart

Banque Populaire IX (2017) : Armel Le Cléac’h

Gitana 16 17 (2017) : Sébastien Josse

 

 

* Dans sa configuration actuelle, Spindrift 2 ne peut pas faire un tour du monde en solo. Mais qui sait, d’ici 2019, ce qui pourrait être encore modifié sur le plus grand trimaran du monde ?

 

Drôle de rencontre !

Par

Au large des Antilles, après 11 jours de course depuis le départ d’Itajai (Brésil), les coureurs de la Volvo Ocean Race ont croisé des bancs d’algues jaune-orangé qu’il valait mieux éviter…

 

© photo : Amory Ross / Team Alvimedica / Volvo Ocean Race

 

L’équipage dubitatif de Team Alvimedica se trouve alors en cinquième position, à 38 milles du leader, Abu Dhabi Ocean Racing. L’équipage franco-chinois de Charles Caudrelier (Dongfeng Racing Team), en deuxième position, ne compte que 4 milles de retard sur le premier.

 

Tous sont attendus jeudi prochain à Newport (USA), terme de cette sixième étape.