Skip to Content

Monthly Archives: septembre 2015

Le renouveau du Mini ?

Par

© photo : Andrea Falcon

 

Amusante comparaison d’un confrère italien, Andrea Falcon, qui a réalisé ces deux photos à Douarnenez au départ de la Mini Transat. La première a été prise sur les pontons, la seconde dans le Musée Maritime de Douarnenez, à quelques centaines de mètres de la première.

 

La comparaison des étraves est étonnante entre un proto 6.50 en carbone mis à l’eau en 2014 et un voilier traditionnel en bois datant de 1965. Près de 50 ans d’écart ! Et pourtant…

 

Le proto 865 est le Flexirub de Davy Beaudart, large vainqueur de la première étape entre Douarnenez et Lanzarote avec plus de dix heures d’avance sur ses premiers poursuivants. Son bateau, dessiné par David Raison, est une évolution du fameux Magnum que David Raison avait dessiné et mené à la victoire lors de la Mini Transat 2011.

 

Il s’en est fallu de peu en 2013 que l’Italien Giancarlo Pedote ne l’emporte à son tour sur ce même bateau, devancé finalement par Benoît Marie de moins de 3  heures à l’arrivée. Autant dire que l’avenir des prototypes 6.50 passe forcément par ces “nouvelles“ formes de carènes pour tout futur candidat à la victoire. D’ailleurs, d’autres architectes ont sorti des protos aux formes plus ou moins similaires. Mais pour l’instant, c’est encore David qui a raison…

 

Super Cammas is back !

Par

La semaine dernière, sur le lac Léman, Franck Cammas et Louis Viat n’ont laissé que des miettes à leurs adversaires de la Little Cup, ex-Little America’s Cup qui a perdu l’adjectif « America » pour ne plus être confondu avec sa grande sœur…

 

Déjà détenteur du trophée depuis 2013 et leur première victoire en Angleterre, le duo du Groupama Sailing Team n’a pas fait dans la demie mesure en Suisse. Rapidement réduite à six concurrents après le forfait de Cogito 2015 au bout de deux manches, la flotte a été dominée du début à la fin par les Français. Vainqueurs de cinq manches sur six, Cammas et Viat ont ensuite dominé le catamaran suisse Axon Racing lors des deux courses en match racing de la finale. Ils conservent du coup leur titre de Champions du Monde de Class C, ce petit cataraman de 7,65 m doté d’une aile rigide.

 

Pour Franck Cammas, cette compétition était plus qu’un bon entraînement en vue du prochain Louis Vuitton ACWS aux Bermudes mi-octobre. Les développements effectués sur le Class C, son aile et ses foils servent de laboratoire pour le design team avant de dessiner le futur AC48 de Groupama Team France en vue de la prochaine America’s Cup (Bermudes, 2017).

 

Après Portsmouth en juillet (4e/6) et Göteborg en août (6e/6), Groupama Team France retrouvera ses adversaires des Louis Vuitton America’s Cup World Series aux Bermudes dans quelques semaines. Ce sera la seule répétition avant 2017 sur le plan d’eau qui accueillera la 35e édition de l’America’s Cup. En 2016, les LVACWS se rendront à Chicago avant de retourner à Portsmouth. Abu Dhabi, New York, Göteborg et Tokyo font partie des candidats pour accueillir les six équipes du circuit.

 

 

© photo : Pierrick Contin / Little Cup

Quel plan d’eau pour les JO de Paris ?

Par

La semaine prochaine sera révélée le site où se dérouleront les épreuves de voile en cas de victoire de Paris à la candidature pour accueillir les Jeux Olympiques 2024.

 

Le Havre, Brest, la baie de Quiberon, La Rochelle, Marseille et Hyères (du nord au sud) sont les six villes (ou site) à avoir postulé en temps et en heure.

 

Si on se met à la place de la commission d’évaluation, quels seraient les critères que l’on retiendrait ? La qualité du plan d’eau bien sûr (au niveau météo) ; les infrastructures portuaires pour accueillir les centaines d’embarcations ; la possibilité de régater près du public et d’installer des tribunes sur la côte ; le soutien local de la population ; la capacité hôtelière pour héberger les milliers d’athlètes, journalistes, passionnés et autres ; l’accessibilité en train ou en avion ; la distance par rapport à Paris.

 

Reprenons chacun de ces critères avec un classement des candidats.

 

Conditions météo en août :

1- Hyères

1- Brest

1- Marseille

4- La Rochelle

4- Quiberon

4- Le Havre

 

Conclusion : avantage à la régularité du thermique en Méditerranée et au vent régulier sur la pointe Bretagne.

 

Infrastructures portuaires :

1- Hyères

1- La Rochelle

1- Marseille

4- Brest

5- Quiberon

6- Le Havre

 

Conclusion : Hyères et La Rochelle ont l’habitude d’accueillir des grands championnats de voile olympique. Marseille peut privatiser le port de Pointe-Rouge.

 

Régates près du public :

1- Brest

2- Marseille

2- Hyères

4- La Rochelle

5- Le Havre

6- Quiberon

 

Conclusion : la rade de Brest est idéale pour régater proche du public avec la possibilité d’installer des tribunes. A cause des marées, La Rochelle, Le Havre et Quiberon ne permettent pas au public d’être tous près des coureurs.

 

Soutien et connaissance du public local :

1- Quiberon

1- Brest

3- La Rochelle

4- Hyères

5- Le Havre

6- Marseille

 

Conclusion : La Bretagne arrive logiquement en tête. Alors qu’à Marseille, en dehors du foot…

 

 

Capacité hôtelière :

1- Marseille

2- Hyères

2- La Rochelle

4- Le Havre

4- Brest

6- Quiberon

 

Conclusion : 2e ville de France, Marseille arrive loin en tête. Un gros point faible pour Quiberon

 

accessibilité train et/ou avion :

1- Marseille (train + aéroport international)

1- Hyères (train + aéroport le plus proche des sites)

3- Le Havre (train le plus court)

4- Brest (aéroport proche mais 4h de train)

5- La Rochelle (pas d’aéroport conséquent)

6- Quiberon (pas d’aéroport proche et loin de la gare d’Auray)

 

Conclusion : Un aéroport international pour Marseille, un domestique à 300 mètres du port pour Hyères. En revanche, 2e gros point faible pour Quiberon

 

Distance par rapport à Paris :

1- Le Havre

2- La Rochelle

2- Quiberon

4- Brest

5- Marseille

5- Hyères

 

Points supplémentaires :

1- La Rochelle (déjà candidat de Paris 2008 et 2012 + maire de gauche très impliqué dans la voile)

2- Hyères (expertise de la Sailing World Cup)

3- Le Havre (site voiles des JO 1900 et 1924)

4- Brest (mairie de gauche très impliquée)

4- Quiberon (mobilisation département)

6- Marseille (mairie de droite et rivale historique de Paris)

 

Conclusion : on rappelle que la candidature des JO de Paris est portée par la mairie de Paris (PS), la région Ile-de-France (PS) et le gouvernement (PS). Et que les décisions sont parfois politiques…

 

Si on fait les comptes voici le résultat final :

 

1- Hyères (18 pts)

2- La Rochelle (22 pts)

3- Brest (23 pts)

3- Marseille (23 pts)

5- Le Havre (31 pts)

6- Quiberon (32 pts)

 

Avec ce mode de calcul (qui n’engage que moi !), Hyères se détache seul en tête. Mais La Rochelle, Brest et Marseille sont en embuscade au coude-à-coude. Le Havre et Quiberon sont détachés. Pourtant, des rumeurs disent la baie de Quiberon en bonne position ! Comme quoi tout ne se calcule peut-être pas…

 

 

En attendant l’annonce mardi 8 septembre, quel serait votre classement ?