On le dit et le répète – sans en être totalement sûr d’ailleurs ! – la Coupe de l’America est le plus vieux trophée sportif au monde. Son origine remonte à 1851 autour de l’île de Wight.

 

Depuis 165 ans, cette épreuve hors du commun a fait tourner les têtes des hommes les plus riches, de JP Morgan à Larry Ellison.

 

Mais elle a surtout, grâce à des moyens colossaux, permis de faire progresser l’architecture navale à chaque époque. Et de donner le ton de la voile du futur…

 

C’est d’autant plus vrai aujourd’hui depuis le passage au multicoque.

 

Depuis que la Coupe de l’America se dispute sur des multicoques qui volent sur l’eau – il n’y a que deux ans et demi faut-il le rappeler – tout le monde se met au multi, et tout le monde veut voler !

 

La classe des Moths à foils connaît un succès mondial.

 

Les catamarans de sport à foils se démocratisent, à l’image du Flying Phantom.

 

Cette année, le circuit des Extreme Sailing Series délaisse ses vieux Extreme 40 pour passer aux GC32 qui volent depuis deux saisons.

 

Le World Match Racing Tour ! Oui, ce vieux bastion des défenseurs du monocoque a fini par craquer à son tour ! Les épreuves de match-racing se disputeront désormais sur le catamaran (non volant) M32.

 

Les trimarans Ultimes jouent plus ou moins eux aussi la carte des foils en vue de leur tour du monde.

 

Même les monocoques IMOCA ont adopté les foils ! Bientôt des voiliers de croisière en auront aussi…

 

Même si la Coupe de l’America n’a pas inventé les bateaux à foils – qui remontent aux années 50 – sa puissance entraîne tout le reste de la voile dans son sillage. Car, faut-il le rappeler, l’Hydroptère vole sur ses foils depuis plus de 20 ans ! Un exploit purement franco-français qui n’a entraîné personne dans son sillage…