Skip to Content

Monthly Archives: février 2016

Oman sur la Coupe ?

Par

Si la Volvo Ocean Race, un temps étudié, n’est plus d’actualité pour Oman Sail, la Coupe de l’America semble sérieusement intéresser le Sultanat. L’organisation ce week-end du premier Louis Vuitton America’s Cup World Series de l’année était une sorte de galop d’essai pour les équipes de David Graham, le pdg anglais d’ Oman Sail.

 

Et le bilan est plus que positif à l’issue des deux journées de courses en AC45F. A la fois du côté du public qui a répondu présent, mais aussi côté business pour les partenaires des équipes. Un point non négligeable lorsqu’on parle America’s Cup !

 

Lancé en 2008, le programme Oman Sail est devenu un acteur majeur du monde de la voile et emploie plus de 250 personnes, en grande majorité omanaise. La participation d’une équipe omanaise à la 36e Coupe de l’America serait une grande première pour un pays du Moyen-Orient.

 

Un tel choix n’enterrerait pas pour autant une future participation à la Volvo Ocean Race, mais la repousserait de quelques éditions. Selon Sidney Gavignet, interrogé à l’arrivée de la Sailing Arabia EFG – The Tour, la Volvo Ocean Race intéresse toujours Oman Sail, car ce sera un très bon levier de communication pour développer le tourisme. Mais ils préféreraient que la VOR passe en multicoque one design, qui est plus dans la culture d’ Oman Sail et de Sidney qui naviguera encore cette année sur son MOD 70 Musandam – Oman Sail.

 

Cap sur Oman !

Par

Comme les cyclistes ou les golfeurs, l’hiver les marins mettent le cap sur la péninsule arabique, et surtout vers le Sultanat d’Oman.

 

Cette semaine, c’est l’ EFG Sailing Arabia – The Tour qui se dispute en Farr30 entre Dubaï, Abu Dhabi, le Qatar et Oman. On y retrouve plusieurs skippers et équipiers français dont Sidney Gavignet (EFG Bank Monaco), actuel leader, Nicolas Lunven (Al Mouj, Muscat) ou Cédric Pouligny (Team Zain).

 

Ce week-end, les vitesses vont monter d’un cran devant le golf d’Al Mouj, à Mascate, où les AC45F vont voler pour le premier Louis Vuitton America’s Cup World Series 2016. Même si Franck Cammas, toujours en rééducation, ne sera pas à la barre de Groupama Team France, l’équipage tricolore tentera de se rapprocher du niveau des meilleures équipes que sont notamment Emirates Team New Zealand et Oracle Team USA.

 

Et dans trois semaines, ça volera encore avec le premier Acte des Extreme Sailing Series nouvelle version. Finis les Extreme 40 et place aux GC32. Pas de bateau français mais au moins un équipier avec Nicolas Charbonnier sur Alinghi, double vainqueur en 2008 et 2014, qui fait son grand retour sur ce circuit.

 

La Classe Américaine !

Par

Dimanche dernier à Clearwater, en Floride, Billy Besson et Marie Riou n’ont encore une fois laissé que des miettes à leurs adversaires ! Une écrasante domination qui leur permet de décrocher un quatrième titre de Champions du Monde d’affilée ! Bravo à nos Marins de l’Année 2015…

 

Même l’immense Jeannie Longo avec ses 13 titres de Championnes du Monde n’a jamais réussi la passe de « quatre à la suite » comme dirait Julien L.

D’autres, l’ont fait avant eux évidemment. On pense tout de suite à Teddy Riner, Antoine Albeau, Sébastien Loeb, Patrice Martin, Félicia Ballanger et bien d’autres Champions du Monde tricolores. Mais ce quatrième titre d’affilée reste une performance assez rare dans le sport français…

 

De quoi célébrer ça dignement, non ?

 

Eh bien non ! les Américains avaient claqué tous leurs billets verts dans le Super Bowl une semaine plus tôt…

 

Pour fêter leur 4e titre, Billy et Marie n’ont eu le droit qu’à un petit podium – de nuit et sans lumière ! – et à un pauvre poster encadré de la baie de Clearwater… Génial ! Allez, circulez, on s’en fout de vos petits catas qui volent !

 

Oui, vous avez bien compris. Pas de drapeau français, pas de Marseillaise, pas de champagne… Et cerise sur le gâteau – si j’ose dire ! – pas de médaille d’or !!! Un Championnat du Monde sans médaille ? Il n’y a que les Américains pour oser ça…

 

Et ça veut organiser les JO à Los Angeles ? Pfff… Allez Paris 2024 !

 

 

Heureusement que Billy et Marie avaient emporté un drapeau dans leurs bagages ! © photo : Laurens Morel.