Pas d’histoire d’extraterrestre mais plutôt d’extra-marin dans ces initiales. Celles d’Erwan Tabarly, vainqueur de la Transat AG2R La Mondiale en avril et de la première étape Deauville/Cowes de la Solitaire Bompard Le Figaro mercredi dernier.

 

Formé à l’école du Figaro comme Yann Eliès, Jérémie Beyou ou Armel Le Cléac’h, tous de la même génération, Erwan Tabarly n’a pas connu la même trajectoire que ses amis partis tenter leur chance sur le Vendée Globe.

 

Un destin d’abord lié à un patronyme pas forcément évident à assumer. Il a donc fallu à Erwan T. (son surnom) de se faire d’abord un prénom. Respecté, apprécié, discret, Erwan T est devenu un pilier du circuit Figaro, à l’instar de son copain Thierry Chabagny (Gedimat) au parcours similaire ; souvent placé, jamais gagnant. Les deux hommes ont mis ensemble un terme à cette image de Poulidor du Figaro en remportant la transat en double cette année. Un déclic visiblement pour Erwan qui a remporté dans la foulée sa première victoire d’étape après en avoir disputée cinquante-cinq en quatorze participations à la Solitaire ! Deux victoires coup sur coup qui montre que le skipper d’Armor Lux a franchi un cap psychologique. Et une victoire d’autant plus méritante qu’il n’a bouclé son budget que tardivement, n’a pas trouvé de préparateur et s’est très peu entraîné en solitaire cette année…

 

Mais maintenant, Erwan T va découvrir une nouvelle pression : celle du leader qui doit défendre son statut, celle de l’homme à battre pour ses trois principaux adversaires qui peuvent encore légitimement viser la victoire finale : les deux Skippers Macif, Yoann Richomme et Charlie Dalin ne comptent que 7 et 11 minutes de retard, et son pote Thierry Chabagny, 4e de la première étape pointe à moins d’un quart d’heure du leader. Nicolas Lunven (Generali) et Corentin Douguet (Sofinther – Un Maillot Pour La Vie), 5e et 6e à Cowes avec plus d’une heure de retard doivent désormais espérer un passage à niveau pour rêver d’une victoire finale.

 

Au lendemain du départ de la deuxième étape, entre Cowes est Paimpol, les deux Skippers Macif avaient pris un léger avantage. Augmentera-t-il jusqu’à l’arrivée ? La tension risque d’être maximum jusqu’à Paimpol. Qui des quatre tirera son épingle du jeu ? Comme chaque année, la Solitaire reste une épreuve à part toujours palpitante à suivre… Même derrière un ordinateur !